Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

La police intervient à la Sorbonne pour déloger des activistes anti-Israël

La préfecture de police a évoqué une "opération, qui a duré seulement quelques minutes" et "s’est faite dans le calme, sans incident"

Illustration : Une manifestante faisant un signe de victoire lors d'un rassemblement en soutien aux Palestiniens, à la Sorbonne, à Paris, le 29 avril 2024. (Crédit : Geoffroy Van Der Hasselt/AFP)
Illustration : Une manifestante faisant un signe de victoire lors d'un rassemblement en soutien aux Palestiniens, à la Sorbonne, à Paris, le 29 avril 2024. (Crédit : Geoffroy Van Der Hasselt/AFP)

Quelques jours après une mobilisation anti-Israël à Sciences Po Paris, les forces de l’ordre ont pénétré dans la Sorbonne pour évacuer d’autres activistes anti-Israël qui avaient installé des tentes à l’intérieur de ces bâtiments universitaires.

Une cinquantaine de manifestants ont été conduits à l’extérieur des locaux historiques de la Sorbonne, dans le Quartier Latin, puis éloignés en groupe, encadrés par les forces de l’ordre, a constaté une journaliste de l’AFP.

« Nous étions une cinquantaine de personnes quand les forces de l’ordre sont arrivées en courant à l’intérieur de la cour. L’évacuation a été assez brutale avec une dizaine de personnes traînées au sol. Il n’y a pas eu d’interpellations », a déclaré à l’AFP Rémi, 20 ans, étudiant en troisième année d’histoire et de géographie, qui faisait partie des manifestants délogés.

La préfecture de police a évoqué une « opération, qui a duré seulement quelques minutes » et « s’est faite dans le calme, sans incident ».

Le Premier ministre Gabriel Attal a « demandé que la Sorbonne soit évacuée rapidement », comme « il l’avait demandé pour Sciences Po vendredi », a fait savoir son entourage. « Il suit la situation de près, il est en lien avec la préfecture de police », a-t-on ajouté.

L’université Paris 1-Panthéon Sorbonne a précisé à l’AFP que « la Sorbonne sera fermée cet après-midi sur décision du rectorat ». « Les amphithéâtres ont été évacués vers midi », a indiqué le rectorat de Paris.

Des contre-manifestants de l’Union Nationale Interuniversitaire (UNI), syndicat étudiant français de droite, faisant face à des étudiants qui participent à un rassemblement anti-Israël, à la Sorbonne, à Paris, le 29 avril 2024. (Crédit : Geoffroy Van Der Hasselt/AFP)

« Rejoignez-nous »

Selon le rectorat, une trentaine d’activistes anti-Israël s’étaient rassemblés à l’intérieur de la Sorbonne, où neuf tentes ont été installées dans la cour et trois dans le hall, et un drapeau palestinien posé au sol. Selon un manifestant, il y avait entre 20 et 30 tentes.

« Israël assassin, Sorbonne complice » ou « ne nous regardez pas, rejoignez-nous » ont scandé d’autres manifestants réunis devant la Sorbonne, en présence notamment des députés Louis Boyard, Thomas Portes et Rodrigo Arenas, tous membres du mouvement de gauche radicale, La France Insoumise (LFI), largement accusé de flirter avec l’antisémitisme.

La foule a grossi progressivement pour atteindre environ 300 personnes en milieu d’après-midi, encadrées par la police.

« On est là suite à l’appel des étudiants de Harvard, Columbia », a indiqué à l’AFP Lorélia Fréjo, étudiante à Paris-1 et activiste de l’organisation étudiante Le Poing Levé. « Après les actions à Sciences Po, on est là pour que ça continue. »

Les interventions policières dans ce lieu hautement symbolique des révoltes étudiantes sont rares. Celle-ci survient quelques jours après les tensions survenues à Sciences Po Paris autour de la mobilisation d’une partie de ses étudiants emmenés par le Comité Palestine de l’établissement.

Ceux-ci se réclament des contestations qui agitent certains prestigieux campus américains, provoquant un vif débat politique outre-atlantique.

Appels à « intensifier » la mobilisation

Des étudiants arborant un drapeau palestinien géant alors qu’ils participent à un rassemblement anti-Israël, à la Sorbonne, à Paris, le 29 avril 2024. (Crédit : Geoffroy Van Der Hasselt/AFP)

Accusée par l’exécutif et les oppositions de droite de souffler sur les braises de la contestation, LFI a souhaité lundi que les mobilisations pour Gaza « prennent de l’ampleur » dans les universités et ailleurs. L’activiste très controversée franco-palestinienne Rima Hassan, candidate sur la liste Insoumise aux européennes,  a dit « assumer totalement » son appel au « soulèvement », renvoyant à « la définition du Larousse » d’un « mouvement collectif et massif » – « Intifada » en arabe.

« Je souhaite que prennent de l’ampleur toutes les mobilisations qui vont permettre de faire pression sur le pouvoir en place », afin que le « drame humain qui se joue à Gaza s’arrête le plus rapidement possible », a déclaré le leader LFI, Manuel Bompard.

Le syndicat lycéen USL a appelé les lycéens à la « mobilisation dans les établissements pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, la reconnaissance de l’État palestinien et l’arrêt de la colonisation ».

Ce week-end, des syndicats d’étudiants, comme l’UNEF ou l’Union étudiante, avaient appelé à « intensifier dès lundi la mobilisation sur les lieux d’études ».

Les organisations de jeunesse favorables à la mobilisation anti-Israël se heurtent à l’intransigeance du gouvernement qui ne souhaite pas que le mouvement parti des États-Unis ne se propage en France alors que l’année universitaire touche à sa fin.

« Il n’y aura jamais de droit au blocage, jamais de tolérance avec l’action d’une minorité agissante et dangereuse qui cherche à imposer ses règles à nos étudiants et nos enseignants », a déclaré ce week-end Attal.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.