La Pologne va voter son projet de loi sur son rôle dans la Shoah
Rechercher

La Pologne va voter son projet de loi sur son rôle dans la Shoah

La loi a suscité une querelle diplomatique entre Jérusalem et Varsovie ; Une manifestation par des milieux nationalistes devant l'ambassade d'Israël a été interdite

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki s'exprime à Budapest le 26 janvier 2018 (Crédit : AFP/Attila KISBENEDEK)
Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki s'exprime à Budapest le 26 janvier 2018 (Crédit : AFP/Attila KISBENEDEK)

Le Sénat polonais votera mercredi soir sur le projet de loi controversé sur l’Holocauste, bien qu’il ait accepté de répondre aux préoccupations israéliennes avant d’aller de l’avant, rapporte la presse israélienne.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu avec son homologue polonais dimanche soir, alors que les deux hommes tentaient de régler une querelle diplomatique sur la loi à Varsovie qui criminalise le blâme des Polonais pour les atrocités nazies.

Le nouveau projet de loi prévoit des sanctions judiciaires pour les individus ou les organisations qui calomnieraient la « nation polonaise » en assignant une responsabilité aux Polonais pour les crimes commis sur leur sol.

L’utilisation des phrases comme « camps de la mort polonais » pour se référer aux sites d’extermination que l’Allemagne nazie avait installés dans la Pologne occupée pendant la guerre ferait encourir trois ans de prison ou une amende aux individus ou aux organisations, selon le projet de loi. Ce dernier a voulu partiellement répondre à des cas, ces dernières années, où les médias étrangers ont utilisé l’expression « camps de la mort polonais » pour qualifier Auschwitz et d’autres camps dirigés par les nazis.

Le projet de législation rend également illégal le fait de « réduire délibérément la responsabilité des ‘vrais coupables’ de ces crimes », en référence au meurtre d’environ 100 000 Polonais par des unités de l’armée des insurgés ukrainiens durant la Seconde Guerre mondiale.

Netanyahu a fustigé la loi – qui prévoit une peine de prison pour l’utilisation du terme « camps de la mort polonais » et criminalise la mention de la complicité polonaise dans les crimes nazis – comme « déformation de la vérité, réécriture de l’histoire et négation de l’Holocauste ».

Netanyahu et le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki « ont accepté d’ouvrir immédiatement un dialogue entre les équipes des deux pays, afin d’essayer de parvenir à un accord sur la législation », a déclaré dans un communiqué le bureau de Netanyahu.

Mais la Pologne est apparemment prssée et le Sénat va voter mercredi, rapporte Hadashot.

Le projet de loi, adopté par la chambre basse du Parlement polonais, doit encore être approuvé par le Sénat et le président de la Pologne.

Le voïvode (préfet) de Varsovie a interdit « pour des raisons de sécurité » une manifestation annoncée pour mercredi après-midi par des milieux nationalistes devant l’ambassade d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...