Varsovie empêche une manifestation nationaliste devant l’ambassade d’Israël
Rechercher

Varsovie empêche une manifestation nationaliste devant l’ambassade d’Israël

Le vaste cordon sécuritaire sera maintenu jusqu'au 5 février ; La manifestation "aurait pu nuire au bon renom et à l'intérêt national" de la Pologne, selon le préfet de la capitale

Extérieur de l'ambassade d'Israël à Varsovie, Pologne (Crédit : capture d'écran Google Street)
Extérieur de l'ambassade d'Israël à Varsovie, Pologne (Crédit : capture d'écran Google Street)

Le voïvode (préfet) de Varsovie a interdit « pour des raisons de sécurité » une manifestation annoncée pour mercredi après-midi par des milieux nationalistes devant l’ambassade d’Israël, en pleine querelle diplomatique sur les responsabilités polonaises dans la Shoah.

Le nouveau projet de loi prévoit des sanctions judiciaires pour les individus ou les organisations qui calomnieraient la « nation polonaise » en assignant une responsabilité aux Polonais pour les crimes commis sur leur sol.

L’utilisation des phrases comme « camps de la mort polonais » pour se référer aux sites d’extermination que l’Allemagne nazie avait installés dans la Pologne occupée pendant la guerre ferait encourir trois ans de prison ou une amende aux individus ou aux organisations, selon le projet de loi. Ce dernier a voulu partiellement répondre à des cas, ces dernières années, où les médias étrangers ont utilisé l’expression « camps de la mort polonais » pour qualifier Auschwitz et d’autres camps dirigés par les nazis.

Le projet de législation rend également illégal le fait de « réduire délibérément la responsabilité des ‘vrais coupables’ de ces crimes », en référence au meurtre d’environ 100 000 Polonais par des unités de l’armée des insurgés ukrainiens durant la Seconde Guerre mondiale.

Plusieurs organisations nationalistes avaient appelé à un rassemblement devant l’ambassade de l’Etat hébreu pour protester contre « une série de mensonges de représentants d’Israël sur le comportement de la Pologne et des Polonais pendant la Seconde Guerre mondiale », selon des sites nationalistes.

Mais, selon le voïvode Zdzislaw Sipiera, la manifestation nationaliste annoncée « aurait pu nuire au bon renom et à l’intérêt national » de la Pologne.

Il a décidé « d’interdire la circulation » autour de l’ambassade d’Israël en établissant un vaste cordon policier de sécurité qui sera maintenu jusqu’au 5 février.

M. Sipiera a expliqué aux journalistes que sa décision était fondée sur une demande expresse de la représentation israélienne, sur les informations transmises par la police et sur sa « conviction » au sujet de provocations et affrontements possibles.

Mercredi, l’ambassadrice d’Israël en Pologne, Mme Anna Azari, a rencontré le président du Sénat polonais en charge désormais de débattre et voter la nouvelle loi.

Le parti conservateur Droit et Justice (PiS, au pouvoir) a continué mercredi à demander que la nouvelle loi soit adoptée « sans modification », alors que les Premiers ministres des deux pays ont annoncé la création d’un groupe mixte d’experts pour en discuter le détail.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...