La prestation de serment reportée ; Gantz retire sa lettre de démission
Rechercher

La prestation de serment reportée ; Gantz retire sa lettre de démission

Le Premier ministre a besoin de plus de temps pour distribuer les portefeuilles à ses alliés dont beaucoup seraient déçus de leur poste

Cette photo composée montre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et Benny Gantz, chef du parti Kakhol lavan, à droite. (Flash90)
Cette photo composée montre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et Benny Gantz, chef du parti Kakhol lavan, à droite. (Flash90)

La prestation de serment du gouvernement « d’union » israélien de Benjamin Netanyahu et Benny Gantz, prévue jeudi soir, a été reportée à dimanche, ont indiqué les deux camps dans un communiqué.

L’intronisation du nouveau gouvernement, qui devait mettre un terme à la plus longue crise de l’histoire politique du pays, a été repoussée afin de permettre à M. Netanyahu de « terminer » la répartition des portefeuilles ministériels dans son parti, le Likud, selon le communiqué.

Le chef de Kakhol lavan Benny Gantz avait plus tôt rejeté une demande de Netanyahu visant à reporter dimanche la cérémonie, selon la Douzième chaîne.

Benny Gantz a ensuite retiré sa lettre de démission du poste de président de la Knesset.

Ce dernier, qui doit normalement devenir ministre de la Défense et Premier ministre par alternance, s’était officiellement retiré de la fonction de président par intérim du Parlement israélien en amont de la prestation de serment du nouveau gouvernement, une cérémonie qui était donc initialement prévue ce jeudi soir. La démission du président de la Knesset prenant effet quarante-huit heures après son annonce et la fonction ne pouvant être cumulée à un poste de ministre, Gantz avait dû se retirer dès mardi.

Des informations antérieures avaient laissé entendre que ce dernier songeait à ne pas démissionner, craignant que l’accord de coalition entre Kakhol lavan et le Likud ne puisse être rompu au dernier moment, entraînant un report de la prestation de serment du gouvernement…

Yariv Levin, un féroce détracteur du système judiciaire israélien et proche de longue date de Netanyahu, qui a aussi pris part aux négociations de coalition, avait également quitté son poste de ministre du Tourisme pour devenir le président de la Knesset. Sa nomination au perchoir de la Knesset avait été confirmée mardi par le Likud à la suite d’un vote interne. Elle doit néanmoins d’abord être approuvée à l’occasion d’un vote en plénière pour prendre effet.

La commission des Arrangements de la Knesset a approuvé le report à dimanche de la cérémonie de prestation de serment du 35e gouvernement israélien. La commission a convenu que la cérémonie débuterait à 13 heures.

Le ministre israélien de la Défense sortant Naftali Bennett, partisan de l’annexion de la Cisjordanie, a dénoncé dans une conférence de presse le fait que selon lui « Netanyahu a effacé la question de l’annexion » du programme gouvernemental, affirmant que son parti serait dans l’opposition.

Mécontentement au sein du Likud

De nombreux députés du Likud, dont certains sont des ministres et des parlementaires expérimentés, se sont rebellés en privé et dans certains cas en public contre Netanyahu, furieux qu’on leur ait offert des postes gouvernementaux mineurs ou pas de poste du tout.

Au moins deux d’entre eux, Avi Dichter et Tzachi Hanegbi, qui n’ont pas été retenus pour des postes ministériels, ont juré de boycotter la cérémonie de prestation de serment. L’ancien maire de Jérusalem, Nir Barkat, aurait refusé un poste ministériel mineur, tout comme sa collègue du Likud, Gila Gamliel. David Amsalem et David Bitan, deux membres importants du Likud, auraient également été parmi les personnes les plus mécontentes de ne pas s’être vu offrir de poste ministériel.

Des sources de Kakhol lavan ont par ailleurs déclaré au Times of Israel que Gantz a appris la « demande » de Netanyahu de retarder la prestation de serment du nouveau gouvernement par les médias, le forçant à accepter.

« Nous savions qu’il y avait un problème au Likud mais il n’y a pas eu de demande formelle pour reporter [la cérémonie de prestation de serment] à dimanche », a déclaré un responsable du parti. « Mais une fois que c’est sorti, il est devenu impossible de dire non. »

A LIRE : Dans la nouvelle coalition, Gantz officiera au bon vouloir de Netanyahu

Un député du parti, qui a demandé à rester anonyme, a ajouté que les communications du Likud tout au long de la journée se sont limitées « au strict minimum ».

Netanyahu a proposé à la ministre sortante de l’Egalité sociale, Gamliel, le poste de « ministre de l’Enseignement supérieur », un nouveau poste qui diviserait le ministère de l’Education. Cependant, la députée Likud, qui a rallié des membres du parti pour la soutenir dans sa candidature au poste de ministre de l’Education, a refusé l’offre moins alléchante, apparemment peu disposée à se contenter de moins.

Miri Regev, à qui l’on a proposé le ministère des Transports, serait également mécontente de ce rôle, s’attendant à un poste plus élevé.

Plus tôt dans la journée de jeudi, le député Yamina, Rafi Peretz, a notifié à son alliance sioniste religieuse qu’il allait rompre ses liens avec elle afin de prendre position dans le gouvernement de Netanyahu. Mais alors qu’il le faisait en partant du principe que Netanyahu le nommerait ministre des Affaires de Jérusalem, les responsables du Likud ont déclaré au Times of Israel que Netanyahu cherchait à convaincre Peretz d’accepter un poste nouvellement créé de « ministre des Affaires des implantations », qu’il avait déjà promis au député Likud David Amsalem pour le poste de Jérusalem.

Cela signifierait apparemment qu’il faudrait transformer la Division des implantations – un organisme relevant de l’Organisation sioniste mondiale qui a été créé en 1971 pour promouvoir les implantations au-delà de la Ligne verte, mais qui a depuis étendu ses activités à l’intérieur d’Israël proprement dit – en un ministère à part entière, avec des pouvoirs et un budget discutables.

Peretz a catégoriquement rejeté cette offre et a menacé de s’adresser à l’opposition si Netanyahu ne le nomme pas ministre des Affaires de Jérusalem comme promis initialement, a rapporté le radiodiffuseur public Kan. Il n’était pas clair si Peretz serait accueilli de nouveau à Yamina s’il refusait de rejoindre le gouvernement étant donné sa décision d’abandonner le parti quelques heures plus tôt.

Pendant ce temps, avant que la prestation de serment ne soit repoussée, deux membres importants du Likud – l’ancien chef du Shin Bet, Dichter, et l’actuel ministre de la Coopération régionale, Hanegbi, allié de très longue date de Netanyahu – ont annoncé qu’ils n’assisteraient pas à la cérémonie de prestation de serment parce qu’ils avaient été ignorés par le Premier ministre.

« L’irrespect n’est pas seulement envers moi, mais aussi envers les 130 000 membres du Likud qui m’ont choisi parmi les dix premiers du Likud », a déclaré Dichter à ses proches collaborateurs après avoir été informé par Netanyahu qu’il ne recevrait pas de portefeuille au sein du nouveau gouvernement. « Je n’ai même pas eu la courtoisie d’un soupçon de rencontre » avec Netanyahu, a déclaré Dichter plus tard dans une interview télévisée.

« A l’heure actuelle, quelques minutes avant la prestation de serment du gouvernement, je n’ai pas encore été invité aux discussions sur le nouveau gouvernement. Je suppose qu’on n’a pas besoin de moi à la Knesset ce soir », a déclaré M. Hanegbi.

Pour le moment, Yuli Edelstein du Likud a été nommé ministre de la Santé, Israel Katz obtiendra le Trésor, Ofir Akunis a été nommé ministre des Affaires régionales, Amir Ohana dirigera le ministre de la Sécurité publique et Levin a été nommé président de la Knesset, comme mentionné plus haut.

Selon l’accord de coalition signé le mois dernier entre le Likud et Kakhol lavan, le nouveau gouvernement aura initialement au moins 32 ministres – répartis à parts égales entre les blocs dirigés par Netanyahu et Gantz – avant de passer à 36 en six mois dans ce qui serait le plus grand gouvernement de l’histoire d’Israël.

Netanyahu a signé, tard mercredi et tôt jeudi, des accords de coalition avec ses alliés ultra-orthodoxes de longue date, Yahadout HaTorah et Shas, ainsi qu’avec le parti de droite Gesher.

L’ancien ministre du Likud, Haim Katz, qui fait l’objet d’une inculpation pénale et ne peut être nommé ministre, dirigera la commission du Travail et de l’Aide sociale de la Knesset. Ce poste a été occupé par M. Katz de 2005 à 2006, puis de 2009 à 2013, période durant laquelle il aurait commis la fraude et l’abus de confiance pour lesquels il sera jugé.

Le chef du Shas, Aryeh Deri, restera ministre de l’Intérieur dans le cadre de son accord avec le Likud. Deri a également annoncé mercredi que le rabbin Yaakov Avitan, membre du conseil municipal d’Ashkelon pour le Shas qui n’est pas membre de la Knesset, sera nommé ministre des Affaires religieuses. Yaakov Litzman, chef de Yahadout HaTorah, deviendra ministre du Logement.

La dirigeante de Gesher, Orly Levy-Abekasis, a également signé un accord de coalition avec Netanyahu, qui la verra diriger le nouveau ministère de l’Autonomisation et de la Promotion des communautés.

Pour Kakhol lavan, Gantz a confirmé Ashkenazi comme ministre des Affaires étrangères pour les 18 prochains mois avant de prendre en charge la Défense, et le député Avi Nissenkorn comme ministre de la Justice. Il a nommé la députée Pnina Tamano-Shata au poste de ministre de l’Immigration, faisant d’elle la première immigrante née en Ethiopie de l’histoire d’Israël à rejoindre le gouvernement.

Yizhar Shai en 2015 (CC BY-SA Chen Ziv/Wikimedia Commons)

Le député Yizhar Shai, ingénieur en électricité, a été nommé ministre de la Science et de la technologie, tandis que le législateur du parti Chili Tropper dirigera le ministère de la Culture et des Sports. Le député Alon Shuster dirigera le ministère de l’Agriculture.

Gantz a également rencontré Itzik Shmuli, du Parti travailliste, et lui a remis le portefeuille du Travail et de l’Aide sociale. Il devrait confier au chef du Parti travailliste, Amir Peretz, avec qui il a conclu un accord de coalition, le ministère de l’Economie.

En plus du Parti travailliste, Kakhol lavan a également signé un accord de coalition avec Derekh Eretz. La petite faction de droite ne comprend que deux députés – Yoaz Hendel et Zvi Hauser – qui se sont séparés du parti Telem de Moshe Yaalon pour rejoindre Gantz dans une coalition avec Netanyahu.

Gantz a donné à Hendel le ministère des Communications et à Hauser le contrôle de la puissante commission de la défense et des affaires étrangères de la Knesset.

Les députés Kakhol lavan Yoaz Hendel (à gauche) et Zvi Hauser le 29 avril 2019, avant l’ouverture de la session de la Knesset après les élections. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...