Yariv Lavin devient le nouveau président de la Knesset
Rechercher

Yariv Lavin devient le nouveau président de la Knesset

Benny Gantz quitte officiellement son poste, ce départ entrera en vigueur après la prestation de serment du nouveau gouvernement ; la nomination exige encore un vote parlementaire

Le ministre du Tourisme Yariv Levin arrive à une réunion du parti du Likud à Jérusalem, le 28 lai 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre du Tourisme Yariv Levin arrive à une réunion du parti du Likud à Jérusalem, le 28 lai 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

C’est le député du Likud Yariv Levin qui devrait devenir président de la Knesset dans le prochain gouvernement, a annoncé le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu mardi soir, peu après que le numéro un de la formation Kakhol lavan, Benny Gantz, a soumis sa démission.

Ce dernier s’est officiellement retiré de la fonction de président par intérim du Parlement israélien en amont de la prestation de serment du nouveau gouvernement, une cérémonie prévue jeudi. Il doit devenir ministre de la Défense et Premier ministre par alternance.

La démission du président de la Knesset prenant effet quarante-huit heures après son annonce et la fonction ne pouvant être cumulée à un poste de ministre, Gantz a dû se retirer dès mardi.

Des informations antérieures avaient laissé entendre que ce dernier songeait à ne pas démissionner, craignant que l’accord de coalition entre Kakhol lavan et le Likud ne puisse être rompu au dernier moment, entraînant un report de la prestation de serment du gouvernement.

Le dirigeant de Kakhol lavan, Benny Gantz, à la Knesset le 7 mai 2020. (Capture d’écran YouTube / chaîne de la Knesset)

Yariv Levin, un féroce détracteur du système judiciaire israélien et proche de longue date de Netanyahu, qui a aussi pris part aux négociations de coalition, a également quitté son poste de ministre du Tourisme.

Sa nomination au perchoir de la Knesset a été confirmée mardi par le Likud à la suite d’un vote interne.

Cette désignation survient alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu remanie actuellement son gouvernement sur fond de concurrence intense au sein du parti et parmi ses alliés, qui espèrent tous obtenir un portefeuille de haut rang.

Mardi matin, l’ex-président de la Knesset Yuli Edelstein a accepté le poste de ministre de la Santé proposé par Netanyahu, jurant de conduire Israël à travers la pandémie actuelle de coronavirus.

Selon des informations, le ministre des Sciences, Ofir Akunis, devrait prendre en charge le ministère de la Coopération régionale.

La nomination de Yariv Levin à la tête de la Knesset doit néanmoins d’abord être approuvée à l’occasion d’un vote en plénière pour prendre effet.

Gantz a occupé la fonction de président du Parlement israélien par intérim pendant les négociations de coalition. L’objectif était de disposer d’un levier d’influence sur le numéro un du Likud en conservant la possibilité d’adopter une législation interdisant à un homme politique mis en examen de former un gouvernement. Netanyahu doit répondre de corruption dans trois affaires, et notamment de pots-de-vin dans l’une d’elles. Son procès doit  commencer le 24 mai. Le Premier ministre, pour sa part, nie avoir commis tout acte répréhensible.

A LIRE : Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

La prestation de serment marquera la première fois qu’Israël dispose d’un gouvernement fonctionnel après presque dix-huit mois et trois scrutins n’ayant pas permis la formation d’une coalition.

Edelstein a été président de la Knesset de 2013 jusqu’au mois de mars dernier. Sommé par la Haute Cour de justice d’organiser un vote pour désigner son remplaçant, il a préféré clore le Parlement et présenter sa démission plutôt que d’exécuter le jugement. Le poste est revenu à Gantz avec le soutien de Netanyahu, donnant le coup d’envoi aux pourparlers ayant abouti à un accord de coalition de trois ans prévoyant une rotation des deux leaders au poste de Premier ministre.

Dans le cadre de cet accord, Kakhol lavan a exigé qu’Edelstein ne soit pas de nouveau nommé à la fonction qu’il occupait.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) avec le président de la Knesset Yuli Edelstein lors d’une réunion du Likud à la Knesset, le 30 avril 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Mardi également, le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman-Tov, a quitté ses fonctions avant l’arrivée d’Edelstein à la tête du ministère. Le ministre de la Santé actuel, Yaakov Litzman, devrait hériter du portefeuille du Logement.

La désignation d’Edelstein au ministère de la Santé a entraîné la fureur du parti nationaliste-religieux radical Yamina. Son leader, Naftali Bennett, espérait en effet l’obtenir.

« Netanyahu a fermé la porte à notre entrée au gouvernement », a fait savoir une source de Yamina, s’exprimant au nom du parti. « Il a recherché la manière la plus parfaite d’humilier Yamina et ses électeurs, et il a réussi. Edelstein n’avait pas du tout demandé le portefeuille de la Santé – Bennett, pour sa part, l’avait réclamé et le méritait au vu du rôle qu’il a joué pendant la crise du coronavirus ».

La source a ajouté que « c’est une initiative calculée de Netanyahu visant à détruire l’alliance avec le sionisme religieux. Netanyahu a trahi ses partisans les plus importants, et cela signe le début de la fin de sa carrière politique ».

Suite à la réaction de Yamina, le Premier ministre a répété vouloir inclure le parti national-religieux dans le prochain gouvernement, l’accusant d’avoir rejeté sa « proposition généreuse » de ralliement.

« Ils ont demandé quatre importants portefeuilles ministériels pour six membres à la Knesset », a-t-il clamé dans une déclaration vidéo, ajoutant que c’était « impossible ».

Il a aussi déploré le fait que Yamina, membre de son bloc de droite et religieux, ne l’ait pas recommandé pour être chargé de la formation du nouveau gouvernement la semaine dernière.

« J’espère qu’il y aura un changement. Dans tous les cas, le sionisme religieux est notre chair et notre sang. La majorité des sionistes religieux ont voté pour le Likud, ils sont représentés par le Likud et le gouvernement dirigé par le Likud continuera à défendre nos intérêts et nos valeurs partagés », a assuré Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...