La région Alsace et Israël s’associent contre le diabète
Rechercher

La région Alsace et Israël s’associent contre le diabète

L'association de deux technologies complémentaires pourrait permettre d'implanter des cellules qui secréteraient de l'insuline, pour éviter les piqûres à répétition

Illustration : auto-test de glycémie pour les personnes diabétiques. (Crédit : Pixabay)
Illustration : auto-test de glycémie pour les personnes diabétiques. (Crédit : Pixabay)

« La start-up strasbourgeoise de technologie médicale Defymed et la société israélienne Kadimastem viennent de signer un accord de coopération, pour développer un traitement innovant du diabète » explique le quotidien Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA).

Les deux entités, « complémentaires » selon l’Agence de Développement d’Alsace citée par les DNA, pourraient mettre au point une solution de rupture qui permettrait aux malades de diabètes de ne plus avoir avoir à se faire d’injection.

Defymed a mis au point une dispositif « qui permet d’encapsuler les cellules productrices d’insuline pour les implanter chez le malade en évitant les rejets », tandis que Kadimastem travaille sur « un programme de recherche sur des cellules qui sécrètent de l’insuline ».

La maladie touche plus de 90 millions de personnes dans le monde et le marché mondial des produits liés au diabète devrait atteindre 20,7 milliards de dollars en 2022, soit une augmentation de plus de 60 % par rapport à 2017. Malgré les efforts mondiaux, le diabète de type 1 n’a pas de remède à ce jour et son traitement consiste principalement à la gestion du taux de sucre dans le sang avec des doses d’insuline.

Toujours dans le domaine de ces « soins embarqués » DreaMed Diabetes, de Petah Tikva, a développé un logiciel basé sur le cloud qui utilise l’apprentissage automatique pour aider les médecins et les professionnels de la santé à mieux surveiller leurs patients atteints de diabète de type 1.

Infographie démontrant comment fonctionne la solution de diabète basée sur le cloud Advisor (Autorisation)

Alors que les patients devaient se piquer les doigts pour surveiller leur glycémie via les glucomètres, une nouvelle technologie permet la germination de glucomètres continus (CGM), dont les capteurs fonctionnent 24 heures sur 24 et peuvent générer environ 288 lectures de glycémie par jour sans avoir besoin de se piquer les doigts.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...