Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

La Santé met à jour ses protocoles de traitement prévus pour les otages libérés

Le service de santé prévoit la formation à la prise en charge des victimes d'abus sexuels et de tortures, des tests de dépistage des maladies infectieuses, une assistance sociale et un accès limité à la presse

Les retrouvailles Maya et Itay Regev, libérés de Gaza à quelques jours d'intervalle, à l’hôpital Soroka à Beer Sheva, le 30 novembre 2023. (Autorisation)
Les retrouvailles Maya et Itay Regev, libérés de Gaza à quelques jours d'intervalle, à l’hôpital Soroka à Beer Sheva, le 30 novembre 2023. (Autorisation)

Alors que des négociations sont en cours en vue d’un éventuel accord pour la libération d’otages encore retenus par le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas à Gaza, le ministère de la Santé a mis à jour les directives relatives au traitement des otages à leur retour en Israël.

Les protocoles du ministère, publiés jeudi, ont été affinés et améliorés sur la base de la prise en charge et de l’expérience des otages libérés lors de la trêve de fin novembre.

Les mises à jour résultent de consultations conjointes entre les représentants du ministère de la Santé, les hôpitaux, les centres de santé communautaires, les organisations de lutte contre les agressions sexuelles, la police et l’armée israélienne.

Les protocoles améliorés prévoient un séjour minimum de quatre jours dans les zones réservées aux otages libérés prévues à cet effet dans les hôpitaux, où tous les tests et soins physiques et psychosociaux pourront être prodigués. Les tests porteront notamment sur les maladies infectieuses.

Les otages qui ont été libérés ont témoigné que ceux qui sont détenus sont régulièrement victimes d’abus sexuels et de tortures.

L’Organisation mondiale de la santé a mis en garde contre un risque accru d’épidémies à Gaza en raison des abris surpeuplés et du manque de nourriture, d’eau, d’assainissement et de médicaments. Les Nations unies estiment que plus de 85 % des 2,3 millions d’habitants de Gaza ont été déplacés à la suite de la campagne militaire intensive d’Israël, déclenchée par les massacres meurtriers du 7 octobre perpétrés par le groupe terroriste du Hamas.

Mia Schem avec sa famille après sa libération par le Hamas, à l’hôpital Sheba, le 1er décembre 2023. (Autorisation)

Cette période de quatre jours permettra également de planifier des soins individualisés au sein de la communauté. Chaque otage libéré se verra attribuer une infirmière qui lui apportera un soutien continu, ainsi qu’un travailleur social qui l’aidera à assurer la liaison avec les caisses d’assurance sociale.

La protection de la vie privée des otages rapatriés sera renforcée pour empêcher l’accès à leurs informations médicales. L’accès des médias aux otages libérés sera limité et seuls le personnel médical désigné, le personnel des services de sécurité concernés et les membres de la famille seront autorisés à les rencontrer.

Le personnel soignant des hôpitaux où seront amenés les otages nouvellement libérés est en train de suivre une formation complémentaire sur la prise en charge des cas de sévices sexuels et de torture, si toutefois la victime consent à en bénéficier.

On estime que 132 otages sur les 253 enlevés par le Hamas et ses complices le 7 octobre sont encore à Gaza, mais certains ne sont plus en vie. 105 civils ont été libérés lors d’une trêve d’une semaine fin novembre. Quatre otages avaient été libérées avant cela et une soldate avait été secourue.

Ditza Heiman, 84 ans, otage depuis le 7 octobre, est remise à la Croix-Rouge par des terroristes du Hamas et du Jihad islamique à Rafiah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 novembre 2023. (Photo de l’AFP)

Les corps de huit otages ont également été récupérés et trois otages ont été tués par erreur par l’armée lors d’un incident tragique le mois dernier. Une autre personne est portée disparue depuis le 7 octobre.

L’armée israélienne a confirmé la mort de 29 des personnes toujours détenues par le Hamas et ses complices, sur la base de nouvelles informations et des découvertes obtenues par les troupes opérant à Gaza.

Le Hamas détient par ailleurs les corps des soldats de Tsahal Oron Shaul et Hadar Goldin depuis 2014, ainsi que deux civils israéliens, Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, qui sont tous deux censés être en vie après être entrés dans la bande de Gaza de leur propre chef en 2014 et 2015 respectivement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.