Rechercher

La start-up israélienne SolCold annonce un nouveau contrat avec Volkswagen

L'entreprise travaille actuellement sur un revêtement multicouche blanc à base de nanotechnologies pour refroidir différentes structures dans les pays à climat chaud

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

  • 
Illustration. Le soleil se couche sur une autoroute en été. (Crédit: lenanet via iStock by Getty Images)
    
Illustration. Le soleil se couche sur une autoroute en été. (Crédit: lenanet via iStock by Getty Images)
  • 
Un véhicule Volkswagen équipé de la technologie de refroidissement de SolCold sur le toit du site d'essai de la société à Ness Ziona. (Crédit: Courtoisie)
    
Un véhicule Volkswagen équipé de la technologie de refroidissement de SolCold sur le toit du site d'essai de la société à Ness Ziona. (Crédit: Courtoisie)
  • 
La startup israélienne SolCold a mis au point un matériau innovant capable d'utiliser les rayons du soleil pour refroidir des structures telles que des bâtiments, des voitures et d'autres applications afin de compenser la chaleur. (Crédit: Courtoisie)
    
La startup israélienne SolCold a mis au point un matériau innovant capable d'utiliser les rayons du soleil pour refroidir des structures telles que des bâtiments, des voitures et d'autres applications afin de compenser la chaleur. (Crédit: Courtoisie)
  • Les membres de l'équipe SolCold travaillent sur le site d'essai de la startup à Ness Ziona. (Crédit: Courtoisie)
    Les membres de l'équipe SolCold travaillent sur le site d'essai de la startup à Ness Ziona. (Crédit: Courtoisie)
  • 
La startup israélienne SolCold a développé un produit de refroidissement par la lumière du soleil qui peut être utilisé pour les bâtiments, les voitures et d'autres applications pour compenser la chaleur. (Crédit: Courtoisie)
    
La startup israélienne SolCold a développé un produit de refroidissement par la lumière du soleil qui peut être utilisé pour les bâtiments, les voitures et d'autres applications pour compenser la chaleur. (Crédit: Courtoisie)
  • 
Les membres de l'équipe de SolCold appliquent le film "cool-by-sunlight" de la société sur le toit d'un véhicule sur le site d'essai de la startup à Ness Ziona. (Crédit: Courtoisie)
    
Les membres de l'équipe de SolCold appliquent le film "cool-by-sunlight" de la société sur le toit d'un véhicule sur le site d'essai de la startup à Ness Ziona. (Crédit: Courtoisie)

Une startup israélienne qui a développé une technologie de refroidissement écologique utilisant les rayons du soleil comme catalyseur contre-intuitif mais efficace pour faire baisser les températures dans des structures telles que les bâtiments, les voitures et les conteneurs, a scellé un nouvel accord avec le géant automobile allemand Volkswagen pour tester son produit et développer conjointement un véhicule conceptuel.

SolCold, fondée en 2016 par Yaron Shenhav, qui en est le PDG, et Guy Ron, professeur de nanosciences à l’Institut de physique Racah de l’université hébraïque, a fait l’annonce de son partenariat avec Konnect, le « campus d’innovation » du groupe Volkswagen à Tel Aviv, mardi. Le hub d’innovation a été lancé en 2018 pour permettre aux start-ups locales d’accéder au groupe et à ses marques.

Shenhav a déclaré au Times of Israel lundi que SolCold travaille avec l’équipe de Konnect depuis 2019 pour poursuivre le développement et tester sa technologie – un matériau cool-by-sunlight – sur un site en plein air de 300 mètres carrés, près de ses bureaux à Ness Ziona.

« Nous avions deux voitures sur le site où nous faisions des recherches. Ils voulaient tester leur propre véhicule, et ont fait venir des représentants d’Allemagne et une Volkswagen Polo. Nous avons fait une démonstration qui a montré que notre technologie était capable de faire baisser les températures de 12 à 14 °C en recouvrant le toit et le tableau de bord », par rapport à un véhicule standard, a décrit Shenhav.

Il a ajouté que les pourparlers sont en cours pour que Volkwagen utilise le produit de SolCold comme « technologie phare qui sera intégrée aux nouveaux véhicules dans les années à venir. »

Les avantages pour le marché automobile sont doubles, a expliqué Shenhav. Le fait de disposer d’une voiture naturellement plus fraîche dans les climats chauds pourrait réduire considérablement la consommation d’énergie (climatisation) des véhicules, et donc la consommation de carburant ; dans les voitures électriques ou hybrides, cela pourrait permettre d’augmenter l’autonomie.

La technologie cool de SolCold 

Shenhav a déclaré que SolCold s’est concentré exclusivement sur la recherche et le développement au cours des six dernières années, visant initialement à développer une peinture de haute technologie filtrant la lumière pour les bâtiments commerciaux et résidentiels, mais élargissant les applications potentielles étant donné l’éventail des possibilités.

Un véhicule Volkswagen équipé de la technologie de refroidissement de SolCold sur le toit du site d’essai de la société à Ness Ziona. (Crédit: Courtoisie)

L’entreprise travaille actuellement sur un film – un revêtement multicouche blanc – qu’elle espère développer dans d’autres couleurs et matériaux.

Le film, développé avec l’aide de l’université hébraïque et soutenu par la société technologique Yissum de l’institution, utilise un processus appelé « fluorescence anti-Stokes », qui inverse le phénomène naturel d’absorption de la chaleur (sur les routes, les bâtiments, les installations, ou les voitures entre autres exemples). Au lieu de cela, il transfère et convertit l’énergie solaire en particules subatomiques afin qu’elles perdent leur chaleur, créant ainsi un effet de refroidissement.

Shenhav a eu cette idée lorsqu’il était étudiant en génie électronique. Il cuisinait dans son appartement de Tel-Aviv alors que le climatiseur fonctionnait mal. Il a déclaré que le processus « oblige les atomes à réduire leur niveau d’énergie faisant ainsi baisser la température ». Tout ce dont vous avez besoin, c’est du soleil et d’une exposition à ciel ouvert ».

Le film de SolCold est composé de quatre couches qui facilitent ce processus, dont une couche contenant des particules de refroidissement actives, a indiqué la société.

Les couches de refroidissement de SolCold. (Crédit: SolCold)

SolCold affirme que sa technologie peut être utilisée non seulement pour les bâtiments, mais aussi pour les voitures, les chars et autres applications militaires, les camions de marchandises, les conteneurs, les avions, les hangars, les appareils électroniques d’extérieur ou encore les textiles utilisés pour les tentes, les vestes et les vêtements, afin de les protéger du soleil et de prolonger leur durée de vie.

Shenhav a déclaré que SolCold a piloté la technologie avec un certain nombre d’entreprises en Israël, notamment ICL Group, un fabricant multinational d’engrais, de métaux et de produits chimiques, où la startup a fait la démonstration de la technologie de refroidissement sur une installation minérale, et les opérations locales du géant belge de la boisson Anheuser-Busch InBev, ou AB InBev, où la démonstration a consisté à appliquer le film sur un camion transportant de la bière.

Il a ajouté que SolCold a également des projets en cours en Allemagne, au Japon et à Singapour.

Shenhav a déclaré que l’entreprise en est actuellement aux étapes de développement de la peinture réfrigérante qu’elle envisageait initialement d’utiliser dans les bâtiments résidentiels et commerciaux et espère en terminer le développement d’ici 2024.

« Le coût est toujours un problème, il est encore très cher, environ 80 à 120 dollars par mètre carré de film », a-t-il expliqué, alors que la société s’efforce de réduire les coûts pour rendre la technologie plus abordable et donc plus accessible.

Les avantages environnementaux

Selon Shenhav, le marché résidentiel sera particulièrement important pour SolCold dans les mois à venir, en raison des avantages environnementaux.

Le fait de recouvrir un bâtiment du produit de SolCold ne fera pas que le refroidir naturellement, ce qui permettra d’économiser sur les coûts énergétiques et de réduire la pression sur les réseaux électriques, mais une fois que cela sera fait à grande échelle dans des villes comme Tel Aviv, l’impact sur l’environnement pourrait être immense. Nous parlons d’une réduction massive d’émissions de CO2, principal facteur du changement climatique mondial, provenant des voitures, des centrales électriques, etc.

Yaron Shenhav, fondateur et PDG de SolCold. (Crédit: Courtoisie)

Une dimension supplémentaire, spécifiquement dans les villes, a-t-il dit, est d’espérer réduire le phénomène « d’îlot de chaleur urbain » où les bâtiments, les chaussées, les voitures, les routes, les entreprises et l’activité humaine dense génèrent des températures plus élevées dans la zone urbaine.

« Tout absorbe la lumière du soleil et réchauffe les villes de l’intérieur. C’est donc un avantage supplémentaire auquel je suis très attaché », a déclaré Shenhav.

L’entreprise évite toutefois de se définir comme une entreprise de technologie climatique ou de technologie propre. « Nous recherchons vraiment l’avantage pour le client final… et pas seulement en tant qu’entreprise de technologies propres. Nous nous considérons comme inscrits dans le domaine de la durabilité, de l’énergie propre, des économies d’énergie et des nouveaux matériaux, car nous sommes réellement une entreprise de technologie profonde », a déclaré Shenhav, en référence à une industrie qui fournit des solutions technologiques basées sur un développement scientifique ou technique considérable.

SolCold a jusqu’à présent levé plus de 5 millions de dollars auprès d’investisseurs stratégiques et est actuellement en train de réunir une somme à huit chiffres pour son tour de table de série B, a déclaré Shenhav.

La société emploie actuellement 10 personnes, toutes scientifiques ou ingénieurs en recherche et développement « car nous devons maintenir une R&D intelligente pour rester en tête », a-t-il ajouté.

« Les fonds supplémentaires aideront SolCold à développer l’aspect commercial de la société et à se développer mondialement. », a déclaré Shenhav.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...