Rechercher

La Suisse suspend la livraison de pièces d’armes vers l’Arabie saoudite

Depuis 2009, la Suisse n'autorise plus les exportations de matériel de guerre vers Ryad, à l'exception des pièces de rechange, des munitions et des armes à feu à usage privé

Un manifestant déguisé en prince saoudien Mohammed ben Salmane, le visage ensanglanté, manifeste devant l'ambassade saoudienne à Washington, le 8 octobre 2018, pour demander que justice soit rendue pour le journaliste Jamal Khashoggi. (Crédit : Jim Watson / AFP)
Un manifestant déguisé en prince saoudien Mohammed ben Salmane, le visage ensanglanté, manifeste devant l'ambassade saoudienne à Washington, le 8 octobre 2018, pour demander que justice soit rendue pour le journaliste Jamal Khashoggi. (Crédit : Jim Watson / AFP)

La Suisse a décidé de suspendre pour l’instant ses livraisons de pièces de rechange d’armes à l’Arabie saoudite en raison de l’affaire Khashoggi, ont indiqué mercredi les autorités fédérales.

Depuis 2009, la Suisse n’autorise plus les exportations de matériel de guerre vers Ryad, à l’exception des pièces de rechange, des munitions et des armes à feu à usage privé.

Mais « dans la foulée de l’affaire Khashoggi », le gouvernement a décidé mercredi « d’arrêter les livraisons de pièces de rechange pour les armes en Arabie saoudite », a expliqué un porte-parole du Secrétariat d’Etat à l’Economie (Seco), Fabian Maienfisch, confirmant des informations de l’agence suisse ATS.

« Ce n’est qu’une mesure temporaire », a-t-il précisé, soulignant que le gouvernement « observera ce qui se passera à l’avenir et pourra peut-être modifier à nouveau sa décision ».

Jamal Khashoggi, un éditorialiste saoudien collaborant notamment avec le Washington Post, a été tué par un commando saoudien dans le consulat de son pays à Istanbul après s’y être rendu pour des démarches administratives.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...