La TV israélienne ridiculise l’EI dans une parodie à l’Eurovision
Rechercher

La TV israélienne ridiculise l’EI dans une parodie à l’Eurovision

« Bonjour l'Europe, nous voilà » : le boys band de l'émission ‘Eretz Nehederet’ s’en prend aux djihadistes ; la chanson a déjà été vue près d'un demi-million de fois sur YouTube

Bien qu’Israël ait fini à la 14e place du concours de l’Eurovision à Stockholm, la semaine dernière, une parodie par une émission de satire politique connue se moquant du groupe Etat islamique a marqué des points.

Le clip de la chanson entraînante intitulée « Boomzi Boom » met en scène un boys band djihadiste de quatre membres dansant et chantant portant des casquettes de camionneur de l’Etat islamique, des keffiehs traditionnels et des chemises scintillantes. Il a été vu près d’un demi-million de fois sur YouTube en moins d’une semaine.

Produit par l’émission de télévision « Eretz Nehederet » (Une terre merveilleuse) sur la Deuxième chaîne, la chanson se moque de l’idéologie notoirement violente de l’EI, tout en faisant référence à la vague d’attentats terroristes islamistes qui a secoué les grandes villes européennes au cours des dernières années.

Le clip commence avec une animatrice à l’accent français accueillant le groupe – surnommé ABBU dans une référence probable au célèbre groupe suédois ABBA – qui commence à chanter :

Boomzi boom boomzi bam
Bonjour l’Europe, nous voilà
Nous avons attendu pendant mille ans
Nous venons vous voir
Berlin, Londres, Paris
Et l’Estonie, où que ce soit
Boomzi boom, boomzi bam
Dites bonjour à l’islam
Allez, que la fête commence
Faites coucou avec notre drapeau
Sauf si vous êtes une tapette
Ensuite, nous avons une cage pour vous
Avec nous !
Il y a de l’amour dans l’air
Comme à l’Hyper Cacher
Nous allons peindre l’arc-en-ciel en rouge
Et nous allons vous secouer jusqu’à ce que vous perdiez votre tête

Derrière un décor imitant la scène de l’Eurovision mais en version flashy, les membres de ABBU finissent leur performance en dansant autour d’une cage avant de tenir de fausses têtes coupées.

Bien que les règles officielles de l’Eurovision interdisent « les paroles, les discours, les gestes ou tout geste de nature politique ou assimilable », les candidats interprètent régulièrement des chansons politiquement engagées lors de la compétition internationale.

Outre l’Union européenne et le drapeau de la gay pride aux couleurs de l’arc en ciel, les règles officielles de la compétition ne permettent que les drapeaux nationaux des pays participants et d’autres membres à part entière de l’Organisation des Nations unies à figurer dans les spectacles.

Un document divulgué dans les jours précédant les finales du 14 mai a révélé que les organisateurs de cette année avaient interdit les drapeaux Haut-Karabakh, basque, kosovar et palestinien, ainsi que l’étendard noir de l’EI.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...