La vaccination nécessaire après une hausse massive des cas de rougeole
Rechercher

La vaccination nécessaire après une hausse massive des cas de rougeole

Le ministère de la Santé a fait savoir que 262 personnes ont attrapé la maladie potentiellement mortelle en 2018 contre seulement 9 cas en 2016

Un nouveau-né probablement atteint de rougeole (Crédit : iStock by Getty Images/ andriano_cz)
Un nouveau-né probablement atteint de rougeole (Crédit : iStock by Getty Images/ andriano_cz)

Le ministère de la Santé a vivement recommandé mardi aux parents de faire vacciner leurs enfants après une hausse massive des cas de rougeole rapportés dans le pays en 2018.

Depuis le début de l’année, il y a eu 262 cas rapportés de rougeole contre seulement neuf au cours de toute l’année 2016 et de 33 en 2017, selon les chiffres diffusés par le site du ministère de la Santé.

Le ministère a fait savoir que 90 % des personnes atteintes n’avaient pas été vaccinées ou qu’elles avaient été en contact avec des individus non-vaccinés.

La vaccination est à 97 % efficace pour prévenir la maladie pour ceux qui reçoivent une première injection à 12 mois suivie d’un rappel au cours préparatoire, a fait savoir le ministère.

Avant le début de cette nouvelle année scolaire, le ministère a pressé tous les parents de s’assurer que leurs enfants étaient correctement immunisés.

Le vaccin contre les oreillons, la rougeole et la rubéole avec une seringue (Crédit : iStock by Getty Images/ AndreyPopov)

Il a fait savoir que la rougeole pouvait laisser des séquelles durables et qu’elle s’avérait mortelle pour un enfant sur mille touchés par la maladie.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la rougeole tue environ 134 000 enfants par an.

Des inquiétudes concernant le vaccin permettant de prévenir les oreillons, la rougeole et la rubéole étaient apparues en 1998 lorsqu’une étude britannique – discréditée depuis – l’a associé à l’autisme.

Tandis qu’il s’est avéré que l’étude était frauduleuse et que le lien avec l’autisme a été écarté, les taux de vaccination avaient baissé dans certains pays, les parents refusant que leurs enfants se fassent vacciner.

La semaine dernière, des chercheurs américains ont noté que des trolls et des robots russes sur Twitter s’étaient efforcés d’influencer le débat aux Etats-Unis sur la vaccination.

« Saviez-vous qu’il y a des données gouvernementales secrètes sur les enfants #victimesDesVaccins ? #VaccinateUS, » disait l’un de ces tweets mentionné par l’American Journal of Public Health.

Des chercheurs de l’université George Washington, de l’université du Maryland et de l’université John Hopkins ont étudié la fréquence des mentions de vaccins par des comptes soupçonnés d’être des robots automatiques ou liés aux campagnes de propagande russe, en particulier à l’Agence de recherche internet connectée au Kremlin.

L’étude a montré que « les communications sur la santé sont devenues des ‘armes’ : Les problèmes de santé publique, comme la vaccination, sont inclus dans des tentatives de faire se propager de la désinformation par les puissances occidentales ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...