La ville polonaise de Lodz a son premier festival juif depuis des décennies
Rechercher

La ville polonaise de Lodz a son premier festival juif depuis des décennies

Autrefois l'une des villes les plus importantes de la communauté juive en Pologne, Lodz a été vidée de ses Juifs pendant la Shoah

Le rabbin Dawid Szychowski parlant aux journalistes sur le Festival de Tranquillité qu'il lancé à Lodz, en Pologne le 8 juin 2019. (Crédit : Shvei Israel/via JTA)
Le rabbin Dawid Szychowski parlant aux journalistes sur le Festival de Tranquillité qu'il lancé à Lodz, en Pologne le 8 juin 2019. (Crédit : Shvei Israel/via JTA)

JTA — La ville de Lodz, autrefois un lieu majeur de la vie juive en Pologne, a accueilli son premier festival juif depuis des décennies.

La semaine dernière, des dizaines de personnes ont participé auFestival of Tranquility dans le ville du centre du pays pour la fête juive de Shavouot.

Suivant l’exemple d’événements similaires à Cracovie, à Varsovie, Budapest et d’autres villes à travers l’Europe centrale et orientale, le festival de Lodz proposait des films, des séances d’étude de Torah, des ateliers de calligraphie, de cuisine et un concert.

L’événement a été organisé par le rabbin Dawid Szychowski, du groupe Shavei Yisrael, d’Israël, qui facilite le retour au judaïsme des descendants des Juifs, entre autres activités.

Lodz, qui se trouve à 120 kilomètres de Varsovie, était historiquement le foyer de l’une des plus importantes communautés juives de Pologne – et l’un des plus grand ghettos pendant la Shoah. Mais la vie juive y avait presque totalement disparu en 1944.

Au début de 1942, des Juifs dans le ghetto de Lodz de la Pologne occupée par les Nazis ont été déportés vers les camps de la mort comme Chelmno et Auschwitz-Birkenau. (Crédit : Yad Vashem)

La quasi-totalité des 164 000 résidents du ghetto ont été assassinés pendant la Shoah, selon le musée de la Shoah de Yad Vashem à Jérusalem, avec 90% de la population juive de Pologne qui comptait 3 millions de personnes avant la Shoah.

Des nombreux survivants qui sont restés en Pologne ont caché leurs racines juives autant que possible, y compris les enfants, selon Michael Freund, le fondateur Shavei Israël.

« Malgré le fait que de milliers de jeunes Polonais avaient leurs parents, les grands-parents et mêmes leurs arrières-grands-parents qui ont dû cacher leur identité juive pendant des décennies, le jJudaïsme a connu une renaissance en Pologne depuis la chute du communisme et nous sommes contents de pouvoir le célébrer », a déclaré Freund.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...