La yeshiva du rabbin agressé à Jaffa « promeut le bon voisinage », dit un collègue
Rechercher

La yeshiva du rabbin agressé à Jaffa « promeut le bon voisinage », dit un collègue

Moshe Shandovitz estime que son allure religieuse et celle du rabbin Eliyahu Mali ont pu motiver, en partie, l'agression ; la garde à vue des suspects a été prolongée de 48 heures

La yeshivat hesder Shirat Moshe à Jaffa le 19 avril 2021. (Capture d'écran vidéo : Ynet)
La yeshivat hesder Shirat Moshe à Jaffa le 19 avril 2021. (Capture d'écran vidéo : Ynet)

Le collègue d’un directeur de yeshiva qui a été agressé dimanche à Jaffa, avec qui il visitait un bien immobilier, a déclaré lundi que le but de leur présence dans la ville était « de faire le bien ».

« Le rabbin [Eliyahu] Mali a créé la yeshiva et plusieurs autres institutions il y a 13 ans à Jaffa », a raconté Moshe Shandovitz, de la yeshivat hesder Shirat Moshe au site Ynet, ajoutant que ces établissements « forment au bon voisinage, à l’altruisme et à la bienveillance ».

Le rabbin Eliyahu Mali a été violemment attaqué dimanche matin dans un crime de haine présumé alors qu’il cherchait à acheter un appartement pour y installer sa yeshivat hesder Shirat Moshe. Deux suspects, des résidents arabes de la ville, ont été arrêtés par la suite.

Selon la police, les suspects, tous deux âgés d’une trentaine d’années, ont été présentés lundi au tribunal de première instance de Tel Aviv afin de prolonger leur détention provisoire de deux jours.

Moshe Shandovitz de la yeshivat hesder Shirat Moshe à Jaffa le 19 avril 2021. (Capture d’écran vidéo : Ynet)

Alors que la police a inculpé les deux hommes d’un délit d’agression à caractère raciste, les suspects ont nié que l’attaque était motivée par le racisme lors de leur enquête initiale, rapporte Ynet.

Jaffa, qui a été intégrée à Tel Aviv, est traditionnellement arabe, mais ces dernières années ont vu de nombreux résidents juifs s’y installer, attirés par de nouveaux lotissements de luxe.

Mali est un ancien rabbin de la yeshiva Ateret Cohanim, qui a pour objectif de peupler la Vieille Ville et d’autres quartiers de Jerusalem Est de résidents juifs et de racheter les biens immobiliers des Arabes.

Lors de l’agression survenue tôt dimanche, Mali et son collègue ont été agressés alors qu’ils se rendaient dans un immeuble de Jaffa pour voir la propriété. Les deux hommes ont été entourés par des résidents arabes du quartier, qui ont commencé à leur crier dessus et à leur ordonner de partir. Lorsqu’ils ont refusé et ont commencé à filmer l’incident, les suspects ont commencé à frapper Mali et son collègue.

Deux résidents de Jaffa ont été filmés en train de battre le rabbin Eliyahu Mali le 18 avril 2021. (Autorisation)

« Il ne fait aucun doute que le contexte est un élément », a dit Shandovitz, reconnaissant la controverse entourant les juifs – et spécifiquement sa yeshiva – qui achètent des locaux dans la ville à majorité arabe. « Mais aussi notre apparence – nous sommes barbus et portons des kippot, et cela a aussi probablement un effet ».

Des photos publiées en ligne montrent le rabbin, âgé d’une soixantaine d’années, en train de recevoir des coups de pied au sol.

En réponse à l’incident, une manifestation de Juifs majoritairement religieux a eu lieu près du site de l’attaque dimanche soir, dénonçant la violence contre les Juifs dans la ville.

Au même moment, une contre-manifestation d’Arabes israéliens locaux s’est formée en face de la manifestation juive, scandant « colons, rentrez chez vous ».

Les policiers, qui formaient une barrière humaine entre les deux manifestations, ont été attaqués par des pierres et des pétards lancés dans leur direction, a indiqué la police dans un communiqué.

Par ailleurs, des centaines de Palestiniens ont affronté la police israélienne près de la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, dimanche soir, dans le cadre de manifestations organisées contre les restrictions imposées dans la zone.

Des affrontements quotidiens entre Palestiniens et policiers ont éclaté près de la Porte de Damas depuis le début du Ramadan mardi dernier. Selon la police, des Palestiniens de Jérusalem-Est ont jeté des pierres sur des bus et tiré des feux d’artifice sur la police. Au moins un officier a été légèrement blessé lors de ces affrontements.

Une poignée de Palestiniens de Jérusalem-Est ont fait circuler des vidéos dans lesquelles on les voit frapper des passants juifs ultra-orthodoxes et religieux apparemment non impliqués. Ces vidéos, téléchargées sur le réseau social TikTok, ont suscité une condamnation générale de la part des députés juifs et arabes.

Lundi, la police a déclaré avoir arrêté trois suspects, résidents de Jérusalem, peu après qu’ils se sont filmés en train de verser une tasse de café chaud sur un passant près de la porte de Damas, puis d’avoir mis la vidéo en ligne.

Cet incident est survenu quelques jours après l’arrestation d’un Palestinien résidant à Jérusalem-Est, soupçonné d’avoir giflé deux garçons ultra-orthodoxes dans un train de la capitale, puis d’avoir mis en ligne sur TikTok les images de cette agression non provoquée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...