L’administration Trump verse des millions d’aides gelées aux forces de l’AP
Rechercher

L’administration Trump verse des millions d’aides gelées aux forces de l’AP

Washington a versé discrètement 42 M $ depuis mai ; Pour le département d'Etat, ces dépenses servent les intérêts américains et d'autres plans sont en cours d'évaluation

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Donald Trump (Crédit : domaine public)
Donald Trump (Crédit : domaine public)

WASHINGTON — L’administration Trump a récemment versé des millions de dollars d’aides gelées à l’Autorité palestinienne mais seulement en faveur de la coopération sécuritaire israélo-palestinienne, a appris jeudi le Times of Israel.

Tandis que Washington a indiqué que les Etats-Unis continueront à réexaminer leur aide aux Palestiniens, l’administration a choisi d’allouer des fonds spécifiques durant l’année fiscale à des programmes de l’AP déterminés qui servent ostensiblement les intérêts américains, notamment à des mesures de prévention du terrorisme dans les territoires, a dit un responsable.

« Nous avons récemment décidé d’avancer avec le financement de la législation FY2017 concernant l’application de la loi et la lutte internationale contre les stupéfiants à l’assistance sécuritaire palestinienne et celui des programmes de non-prolifération, d’anti-terrorisme, de déminage et autres associés (NADR) en Cisjordanie », a fait savoir un responsable du département d’Etat jeudi.

« Cette assistance renforce la coopération sécuritaire de l’AP avec Israël qui reste en vigueur malgré les tensions récentes », a continué le responsable.

« Cette décision ne préjuge en aucun cas de l’issue de notre réexamen des autres programmes de financement. Il s’agit simplement de la première décision qui émerge de cette révision, encore en cours aujourd’hui ».

Les forces de sécurité en uniforme de l’Autorité palestinienne à Hébron, dans le secteur contrôlé par Israël, le 31 juillet 2018 (Crédit : : Wafa)

Le responsable n’a pas détaillé le montant exact donné aux Palestiniens.

Mais cette somme pourrait avoisiner les 42 millions de dollars. L’aide américaine totale dépensée pour la Cisjordanie, cette année, s’élève à 92 796 646 dollars, selon le suivi en ligne du gouvernement, www.foreignassistance.gov. A la mi-mai, ce chiffre s’établissait à 50,5 millions de dollars.

Le financement total en aides bilatérales prévu pour les Palestiniens en 2018 était de 251 millions de dollars, un chiffre qui ne comprend pas un montant de 65 millions supplémentaires en aides américaines qui ont été gelées et qui étaient habituellement transmises à l’agence pour les réfugiés palestiniens de l’ONU (UNRWA) qui offre des services aux Palestiniens en Cisjordanie, à Gaza, en Jordanie et au Liban.

Les Etats-Unis paient pour des programmes soutenant l’éducation, la santé, la bonne gouvernance et la promotion de la démocratie, ainsi que la préparation aux catastrophes naturelles et la sécurité.

C’est la radio NPR qui a la première annoncé que les Etats-Unis avaient transmis ce financement aux forces de l’Autorité palestinienne il y a quelques semaines, citant un responsable du département d’Etat disant que la Maison Blanche réfléchissait à dégeler d’autres programmes dont elle estime qu’ils offrent « de la valeur pour les contribuables américains ».

Au mois de janvier, Washington avait annoncé que les Etats-Unis retiendraient également les 65 millions de dollars versés en assistance à l’UNRWA. Cette initiative était survenue après que les Palestiniens ont protesté contre la décision prise par le président américain de reconnaître Jérusalem en tant que capitale d’Israël et d’y transférer l’ambassade.

« Nous payons aux Palestiniens DES CENTAINES DE MILLIONS DE DOLLARS par an et nous n’obtenons ni appréciation ou respect », avait écrit Trump sur Twitter le 3 janvier.

Dans les mois qui ont suivi, les démocrates des deux chambres du Congrès ont envoyé des courriers aux responsables de Trump recommandant vivement la reprise des aides palestiniennes et en particulier pour soulager la crise humanitaire à Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...