L’ADN de Solomon Tekah retrouvé sur une pierre sur les lieux de l’altercation
Rechercher

L’ADN de Solomon Tekah retrouvé sur une pierre sur les lieux de l’altercation

Ces résultats corroborent la version du policier qui disait craindre pour sa vie ; le père de la victime déplorent les efforts pour exonérer le tireur

Cérémonie d'hommage à Solomon Tekah, 19  ans, tué par un policier à Haïfa, le 10 juillet 2019. (Crédit : Flash90)
Cérémonie d'hommage à Solomon Tekah, 19 ans, tué par un policier à Haïfa, le 10 juillet 2019. (Crédit : Flash90)

L’ADN de Solomon Tekah, le jeune Israélien de 19 ans d’origine éthiopienne tué par un policier hors service et dont la mort a déclenché un mouvement de protestation national, a été trouvé sur une pierre prélevé sur les lieux de la mort, selon la Douzième chaîne mercredi.

Les données génétiques pourraient indiquer que Tekah, 19 ans, a lancé, ou au moins tenu la pierre avant d’être tué, et cela étayerait le dossier du policier, a indiqué la Douzième chaîne, sans citer les sources sur lesquelles elle s’appuie.

Le policier a affirmé qu’il tentait de mettre fin à une bagarre de rue, mais qu’il a été agressé par trois jeunes qui lui lançaient des pierres, mettant sa vie en danger. Il dit n’avoir pas visé Tekah mais avoir tiré au sol. La balle s’est nichée dans l’aorte.

Le département des enquêtes internes de la police (PIID) a confirmé lundi que le coup de feu a bien été tiré vers le sol et que la balle a ricoché et touché Solomon Tekah.

Cet élément survient alors que le père de Tekah a déploré les efforts mis en oeuvre, selon lui, pour exonérer le policier.

« Nous avons perdu confiance dans le département des enquêtes internes de la police (du ministère de la Justice) », a déclaré Worka Tekah lors d’une cérémonie commémorative en mémoire de son fils mercredi.

Des proches de Solomon Tekah, 19 ans, tué par un policier à Haïfa, assistent à une cérémonie d’hommage à le 10 juillet 2019. (Crédit : Flash90)

« C’est écrit sur le mur, le policier sera blanchi, les résultats sont clairs et douloureux, il ne sera pas puni ni poursuivi », a-t-il dit.

Keren Bar Menachem, directrice du PIID a rencontré les avocats de la famille de Tekah et sa cousine Ora Tasmah au ministère de la Justice à Jérusalem, où elle les a informés de l’évolution de l’enquête. Les avocats de la famille ont demandé à consulter les rapports balistiques et les rapports de l’autopsie de Tekah. On leur a répondu, selon les médias israéliens, que leur demande sera prise en considération et qu’ils auront une réponse prochainement.

L’officier de police, qui n’a pas été identifié dans les médias, a abattu Tekah à Haïfa le 30 juin. Des manifestations dénonçant la violence policière et le racisme ont secoué le pays.

Une voiture de police brûle alors que des membres de la communauté éthiopienne en Israël affrontent la police dans la ville côtière israélienne de Netanya le 2 juillet 2019, lors d’une manifestation contre le meurtre de Solomon Tekah, un jeune homme d’origine éthiopienne, tué par un policier qui n’était pas en service. (Photo par JACK GUEZ / AFP)

Les conclusions du PIID semblent corroborer la version du policier, qui affirme n’avoir pas visé le jeune, mais avoir tiré au sol, et que la balle a ricoché sur Tekah. Les autorités mettraient le policier en examen pour infraction disciplinaire, mais pas pour homicide.

La mort de Tekah a relancé le débat sur les accusations de violence policière et de racisme contre la communauté éthiopienne. Lundi dernier, les manifestants ont bloqué des rues dans l’ensemble du pays, brûlé des pneus et dénoncé ce qu’ils considèrent comme une discrimination systématique à l’encontre de la communauté israélo-éthiopienne. Les manifestations sont montées d’un cran mardi après l’enterrement de Tekah, et certains manifestants ont incendié des voitures, renversé une voiture de police et des affrontements ont éclaté entre manifestants et forces de l’ordre.

Les protestations se sont estompées mercredi après que la famille Tekah a demandé à ce que les manifestations soient suspendues jusqu’à la fin des sept jours de deuil rituel. Elle a également demandé à ce que les futures manifestations soient pacifiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...