Rechercher

Lancement d’une « alliance pour la résilience face à la sécheresse » à la COP27

Cette alliance réunira plus de 25 pays et 20 organismes avec pour objectif de favoriser d'ici 2030 une meilleure réponse en amont, plutôt que les réponses d'urgence

Cette photo prise le 4 novembre 2022 montre la carcasse d'un waterbuck dans la réserve nationale de Samburu, dans le comté de Samburu. La sécheresse intense qui sévit dans la région a fait un grand nombre de victimes parmi les zèbres de Grévy, l'ONG locale Grevys Zebra Trust faisant état de cinquante-huit décès sur une population d'environ 2800 individus au Kenya depuis juin. (Crédit : Fredrik Lerneryd / AFP)
Cette photo prise le 4 novembre 2022 montre la carcasse d'un waterbuck dans la réserve nationale de Samburu, dans le comté de Samburu. La sécheresse intense qui sévit dans la région a fait un grand nombre de victimes parmi les zèbres de Grévy, l'ONG locale Grevys Zebra Trust faisant état de cinquante-huit décès sur une population d'environ 2800 individus au Kenya depuis juin. (Crédit : Fredrik Lerneryd / AFP)

Une « Alliance internationale pour la résilience face à la sécheresse », phénomène qui touche de plus en plus de régions du monde sous l’effet du changement climatique, a été lancée lundi en marge de la COP27 à Charm el-Cheikh en Egypte.

Sous l’égide du président sénégalais Macky Sall et du chef du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, cette alliance réunira plus de 25 pays et 20 organismes avec pour objectif de favoriser d’ici 2030 une meilleure réponse en amont, plutôt que les réponses d’urgence.

Sous l’effet du changement climatique, de plus en plus de régions du monde sont exposées aux sécheresses, dont le nombre a cru de 30 % depuis l’an 2000, selon l’ONU.

« Notre résilience au changement climatique est fonction de celle de nos terres. La mission de l’alliance est de donner un élan politique pour que la résilience des terres à la sécheresse et au changement climatique devienne une réalité d’ici à 2030 », ont affirmé MM. Sánchez et Sall dans un communiqué.

Une vue de la baisse du niveau d’eau au barrage de Dohuk, dans la ville de Dohuk, dans le nord de l’Irak, dans la région autonome kurde, le 30 octobre 2022. (Crédit : Ismael ADNAN / AFP)

Ibrahim Thiaw, secrétaire exécutif de la Convention de l’ONU sur la désertification, a de son côté estimé que les sécheresses « ne devaient pas obligatoirement mener aux désastres humanitaires ». « Les solutions existent », a-t-il dit, appelant à « la volonté politique » pour les mettre en oeuvre.

Cette nouvelle « Alliance » bénéficiera d’un financement de départ de cinq millions d’euros fournis par l’Espagne, pour sa mise en route et afin de mobiliser d’autres soutiens, notamment pour un projet du président kényan William Ruto de plantation de 5 milliards d’arbres dans les 5 prochaines années et 10 milliards sur 10 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...