L’antisémitisme, priorité pour le gouvernement néerlandais – une première
Rechercher

L’antisémitisme, priorité pour le gouvernement néerlandais – une première

Les Pays-Bas ont alloué 3 millions d'euros à la lutte contre la haine antisémite ; les médias avaient beaucoup rapporté les craintes des Juifs face aux violences diverses

Une croix gammée taguée dans la nuit sur le mur du musée Stedelijk à Amsterdam, le 22 février 2019 (Crédit : AP Photo/Peter Dejong)
Une croix gammée taguée dans la nuit sur le mur du musée Stedelijk à Amsterdam, le 22 février 2019 (Crédit : AP Photo/Peter Dejong)

AMSTERDAM (JTA) — Le gouvernement néerlandais a alloué 3 millions d’euros à la lutte contre l’antisémitisme – c’est la première fois que les Pays-Bas placent ce combat sur leur liste de priorités nationales.

Cette somme, décidée en début de semaine pendant les discussions budgétaires entre les membres de la coalition au pouvoir, a établi la lutte contre l’antisémitisme comme dossier déterminant requérant l’attention gouvernementale aux côtés de l’éducation, de l’intégration des immigrants et de cinq autres points de focalisation supplémentaires.

Présentée par le parti de l’Union chrétienne, cette initiative suit une couverture intensive, dans les médias néerlandais, des craintes de harcèlement et de violences qui prévalent au sein de la communauté juive, de la part, en majorité, des immigrants des pays arabes ou musulmans et de leurs descendants.

Le gouvernement, par le passé, n’avait jamais prévu dans son budget une somme consacrée à la lutte contre l’antisémitisme mais seulement à des points spécifiques liés – par exemple, la sécurité dans les institutions juives.

Mercredi, des centaines de manifestants se sont rassemblés devant le Parlement néerlandais à la Haye pour dénoncer l’antisémitisme.

La manifestation, intitulée « Avec la kippa », faisait suite à l’avertissement lancé par le responsable de la lutte contre l’antisémitisme du gouvernement allemand, Felix Klein, qui avait mis en garde contre le port de la kippa en public. Elle a été organisée par le Centre d’Information et de Documentation sur Israël (CIDI), un observatoire de la communauté juive.

Parmi les responsables politiques présents arborant une kippa, Thierry Baudet, leader de la formation du Forum pour la Démocratie de droite, et Frits Bolkestein, ancien ministre de la Défense pour le parti populaire libéral et démocrate au pouvoir.

Au début du mois, le CIDI a lancé un site internet consacré au contrôle de l’antisémitisme sur la place Dam à Amsterdam, un mémorial érigé pour les victimes de la Seconde Guerre mondiale où, ces dernières années, se sont affrontés des militants prônant le boycott d’Israël et des soutiens de l’Etat juif.

Lors d’un incident récent survenu au mois d’avril, un promoteur du boycott connu, Robert-Willem van Norren, avait été filmé disant que « les Juifs blancs ont tué des milliers de personnes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...