L’AP interdit au chef du Parlement affilié au Hamas de tenir une conférence
Rechercher

L’AP interdit au chef du Parlement affilié au Hamas de tenir une conférence

Samedi, le président de l'AP avait annoncé son intention de dissoudre le Conseil législatif, qui ne s'est pas réuni depuis 2007

Le président du Conseil législatif palestinien Aziz Dweik. (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)
Le président du Conseil législatif palestinien Aziz Dweik. (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)

Les forces de sécurité palestiniennes ont empêché mercredi le président du Parlement, un membre du groupe terroriste du Hamas opposé à l’Autorité palestinienne, de tenir une conférence de presse après la dissolution annoncée de cette assemblée, a affirmé le mouvement islamiste.

Samedi, le président Mahmoud Abbas avait annoncé son intention de dissoudre le Conseil législatif, qui ne s’est pas réuni depuis 2007, afin de respecter, selon lui, une décision de la Cour constitutionnelle.

Le Conseil législatif est dominé par le Hamas, rival de l’Autorité palestinienne de M. Abbas, depuis les élections législatives de 2006.

Mercredi, les forces de sécurité de l’Autorité se sont déployées autour du Conseil législatif à Ramallah, en Cisjordanie, avant une conférence de presse annoncée par le président de ce Parlement, Aziz Dweik, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Un porte-parole des forces de l’ordre a indiqué qu’elles faisaient respecter la décision de la Cour constitutionnelle et qu’en vertu de cette dernière, ceux qui sont désormais considérés comme anciens parlementaires n’ont plus le droit d’utiliser le bâtiment.

Sur la chaîne de télévision Al-Aqsa du Hamas, M. Dweik a affirmé avoir été détenu à un checkpoint, dénonçant l’action des forces de sécurité palestiniennes.

Un responsable du Hamas, Sami Abou Zouhri, a lui estimé que les agissements des forces de sécurité de l’Autorité marquaient « une escalade grave ».

La dissolution du Parlement pourrait permettre au président Abbas d’exercer des pressions supplémentaires sur le Hamas, qui dirige la bande de Gaza depuis plus d’une décennie, au terme de combats fratricides.

La loi palestinienne permet au président de cette assemblée de devenir président par intérim en cas de disparition de M. Abbas, âgé de 83 ans.

Le Hamas avait remporté les dernières élections législatives, en 2006, face au Fatah de Mahmoud Abbas. Depuis, toutes les tentatives de réconciliation entre les principaux mouvements palestiniens ont échoué.

Le mandat de Mahmoud Abbas en tant que président a expiré en 2009, mais il est resté en fonction faute d’élections.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...