Rechercher

Lapid écourte ses vacances alors que la Jordanie a condamné Israël

Critiqué pour s'être rendu à l'étranger, le ministre des Affaires étrangères s'est tenu informé ; un chef islamique controversé a visité le mont du Temple

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid à la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 3 avril 2022. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)
Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid à la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 3 avril 2022. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid écourtera ses vacances à Madrid et rentrera en Israël mardi soir dans un contexte de tensions croissantes autour de l’enceinte du Mont du Temple à Jérusalem.

La décision de Lapid de s’absenter à l’étranger a été critiquée, car les affrontements entre les forces de sécurité et les émeutiers palestiniens dans la capitale ont suscité des condamnations internationales d’Israël, principalement de la Jordanie et de la Turquie.

« Ce matin, j’ai tenu une réunion d’évaluation de la situation », a déclaré Lapid dans un communiqué, notant qu’il était au courant des derniers développements en matière de renseignement et politiques concernant Jérusalem.

« J’ai demandé aux participants de poursuivre le dialogue à tous les niveaux politiques pour désamorcer les tensions et souligner les efforts d’Israël pour permettre la liberté de culte pour toutes les religions », a-t-il déclaré.

Lapid a également déclaré que les préparatifs de la prochaine réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur les troubles à Jérusalem avaient été discutés lors de la réunion.

Pendant ce temps, plusieurs législateurs de l’opposition ont critiqué Lapid pour avoir voyagé à l’étranger en raison des tensions sécuritaires israélo-palestiniennes, dont le tir dimanche d’une roquette sur Israël depuis Gaza pour la première fois depuis des mois.

« Lapid au sein de l’opposition après une attaque depuis Gaza : ‘Sous notre garde, les dirigeants du Hamas recevront un missile guidé dans leurs maisons' », a tweeté la députée du Likud Galit Distel Atbaryan.

« Le Premier ministre suppléant Lapid après une attaque de Gaza : ‘Ce matin à l’hôtel de Madrid, il y avait quatre types d’omelettes, c’est dommage que je ne me sois pas réveillé à temps' », a-t-elle ajouté, faisant référence à la position de Lapid en tant que partie dans l’accord de partage du pouvoir avec le Premier ministre Naftali Bennett.

Mardi, le chef musulman controversé Sheikh Raed Salah a visité le Mont du Temple avec l’ancien député Mohammad Barakeh, qui est président du Haut Comité de surveillance pour les citoyens arabes d’Israël.

Le dirigeant islamique Raed Salah et Mohammad Barakeh, président du Haut Comité de surveillance des citoyens arabes d’Israël, arrivent pour une visite au Mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 19 avril 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Salah a dirigé la branche nord radicale du mouvement islamique jusqu’à ce qu’elle soit interdite en 2015 et a ensuite purgé une peine de prison pour incitation au terrorisme.

Le député d’extrême droite Itamar Ben Gvir a critiqué la police pour avoir autorisé le Sheikh à entrer dans l’enceinte, selon les médias israéliens.

« L’absurde bat tous les records », a-t-il déclaré. « L’incitateur national… a reçu l’autorisation de la police pour visiter le Mont du Temple. La récompense que la police offre au terrorisme et à ce terroriste est étrange et inacceptable. »

Ben Gvir, qui dirige la faction d’extrême droite Otzma Yehudit, a reçu le mois dernier une autorisation spéciale pour visiter le site.

La visite de Salah est intervenue un jour après que des émeutiers palestiniens ont jeté des pierres sur des bus israéliens en route vers le Mur occidental, ainsi que dans l’enceinte du Mont du Temple, dans le but d’empêcher les non-musulmans de visiter le site.

Des affrontements plus importants ont éclaté sur le site vendredi après que la police est entrée dans l’enceinte en réponse aux émeutes.

Des policiers israéliens lors d’affrontements devant la mosquée Al-Aqsa, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 17 avril 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le roi Abdallah II de Jordanie et le président turc Recep Tayyip Erdogan ont tous deux condamné Israël pour avoir autorisé des pèlerins juifs sur le site et s’être heurté à des Palestiniens, le monarque jordanien exhortant Israël à respecter « le statu quo historique et juridique ».

Lundi, le Premier ministre jordanien Bisher Khasawneh a salué les émeutiers palestiniens et a utilisé un langage inhabituellement hostile pour condamner les « sympathisants sionistes » et ce qu’il a appelé le « gouvernement d’occupation » d’Israël.

Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré plus tard qu’il considérait « avec la plus grande sévérité » les commentaires accusant Israël de la violence après que le ministère israélien des Affaires étrangères a directement accusé la Jordanie de « soutenir ceux qui… recourent à la violence ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...