Rechercher

L’armée accuse le Hezbollah d’agir clandestinement sous couvert d’une ONG écolo

Tsahal accuse le groupe terroriste soutenu par l'Iran de violer la résolution 1701, qui interdit toute force paramilitaire au sud de la rivière Litani

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Illustration: AUn drapeau du Hezbollah lors d'un défilé de la Journée de Jérusalem à Londres (Crédit : Steve Winston/via Jewish News)
Illustration: AUn drapeau du Hezbollah lors d'un défilé de la Journée de Jérusalem à Londres (Crédit : Steve Winston/via Jewish News)

L’armée israélienne a accusé lundi une fois de plus le groupe terroriste du Hezbollah libanais de mener des activités clandestines le long de la frontière israélienne sous l’étendard d’un groupe de défense de l’environnement appelé « Green Whithout Borders » (Verts sans frontières).

L’armée israélienne avait déjà lancé de telles accusations en juin 2017, identifiant 5 postes d’observation de l’organisation non-gouvernementale, qui, selon l’armée, sont utilisés pour mener des travaux de renseignement et de reconnaissance pour le groupe soutenu par l’Iran.

« Nous révélons maintenant une nouvelle position », a déclaré un haut-responsable du Commandement du Nord de l’armée.

Le poste d’observation présumé est situé dans la ville libanaise de Aadaysit Marjaayoun, le long de la frontière, à proximité de la communauté israélienne Misgav Am, selon le responsable, qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat.

Il a déclaré que l’armée estime que le Hezbollah se sert de ce poste pour obtenir du renseignement et préparer des attaques.

Il a ajouté que l’armée avait déjà notifié la FINUL de l’existence de ce site et qu’elle espérait que la Force intérimaire des Nations unies au Liban l’inspecterait.

Selon l’armée, l’existence de ce site est une violation de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui a permis de mettre fin à la seconde guerre du Liban en 2006.

La résolution appelle les groupes armés, à l’exclusion de l’armée libanaise », à ne pas dépasser la rivière Litani.

Cependant, le responsable a reconnu que l’armée n’a pas vu d’armes au sein du poste d’observation, « tout du moins, pas visibles ».

En dépit de la résolution 1701, qui fait référence aux « forces armées », le responsable de l’armée israélienne a déclaré que les actions du Hezbollah constituent tout de même une violation, car elles étaient synonymes d’activités militaires interdites.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...