Rechercher

L’armée de l’Air israélienne immobilise de nouveau une flotte de drones

Le drone Heron 1 a été emmené en réparation après avoir été endommagé au décollage ; l'accident, ne serait pas lié au problème qui a provoqué le crash de novembre

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Illustration : Un Heron 1 volant au large des côtes israéliennes, au début du mois d'août 2022. (Crédit : Armée israélienne)
Illustration : Un Heron 1 volant au large des côtes israéliennes, au début du mois d'août 2022. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée de l’Air israélienne a cloué au sol samedi une flotte de drones armés après qu’un appareil a été endommagé lors de son décollage plus tôt dans la journée, a déclaré l’armée.

C’est la troisième fois en quatre mois que l’armée de l’Air cloue au sol sa flotte de drones Heron 1, connus dans l’armée sous le nom de Shoval.

« Un drone Shoval a été endommagé lors du décollage plus tôt ce matin. Il n’y a pas eu de blessés et l’incident fera l’objet d’une enquête », a déclaré l’armée dans un communiqué.

« Le commandant de l’armée de l’Air, le général de division Tomer Bar, a ordonné que la flotte Shoval soit clouée au sol jusqu’à la fin de l’enquête », ont-ils précisé dans le communiqué.

Une source militaire a déclaré que l’appareil endommagé a été emmené pour être réparé.

Au mois de novembre, un Heron 1 s’était écrasé près d’Arad, dans le sud d’Israël, déclenchant un incendie et entraînant la mise au sol de toute la flotte pendant un mois pour la deuxième fois en trois mois

Le lieu du crash d’un drone militaire armé dans le sud d’Israël, le 9 novembre 2022. (Autorisation)

La cause de l’incident de samedi ne semblait pas être le même problème que celui qui avait provoqué le crash de novembre, selon la source militaire.

Le Heron 1 s’est écrasé à plusieurs reprises en raison de divers dysfonctionnements, notamment en septembre, lorsqu’un appareil s’était écrasé en mer le long de la frontière maritime d’Israël avec le Liban, avant d’être récupéré par la marine.

L’armée de l’Air avait également brièvement immobilisé la flotte à la suite de ce crash.

Jusqu’à récemment, la censure militaire interdisait toute publication sur les drones armés israéliens. Pendant des années, Tsahal n’a pas voulu confirmer qu’elle utilisait des drones armés, et les journalistes israéliens, qui ont tenté d’en rendre compte, se sont heurtés à la censure militaire.

Tsahal affirme que les drones représentent environ 80 % du total des heures de vol opérationnel de l’armée de l’Air. Israël n’a pas révélé combien de drones d’attaque il possède.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.