L’armée désamorce 2 bombes près de la barrière de Gaza, des tirs ont été signalés à la frontière
Rechercher

L’armée désamorce 2 bombes près de la barrière de Gaza, des tirs ont été signalés à la frontière

L'armée a indiqué que les engins explosifs improvisés étaient destinés à attaquer des soldats aux frontières ; les Palestiniens annoncent qu'un Gazaoui a été blessé par des tirs

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

L'un des deux engins explosifs improvisés repérés et désamorcés par l'armée israélienne au nord de la barrière de sécurité de la bande de Gaza, le 7 mars 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
L'un des deux engins explosifs improvisés repérés et désamorcés par l'armée israélienne au nord de la barrière de sécurité de la bande de Gaza, le 7 mars 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)

Des soldats israéliens ont repéré et désamorcé deux engins explosifs improvisés près de la barrière de sécurité qui entoure le nord de la bande de Gaza, a déclaré l’armée.

Le groupe palestinien du Jihad islamique a affirmé que l’un de ces combattants à été légèrement blessé dans une attaque par un tank israélien sur un « point d’observation » où les bombes ont été trouvées.

Le ministère de la Santé à Gaza a confirmé qu’un Palestinien avait été légèrement blessé par l’armée israélienne près de Jabaliya dans le nord de la bande de Gaza, mais l’on ne sait pas encore si cet incident est lié aux explosifs.

Un porte-parole de l’armée israélienne a déclaré que l’armée était informée de ces déclarations et enquêtait sur le sujet.

Les explosifs ont été placés dans une zone proche de la barrière de sécurité du côté palestinien, interdite d’accès aux résidents gazaouis.

L'un des deux engins explosifs improvisés repérés et désamorcés par l'armée israélienne au nord de la barrière de sécurité de la bande de Gaza, le 7 mars 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
L’un des deux engins explosifs improvisés repérés et désamorcés par l’armée israélienne au nord de la barrière de sécurité de la bande de Gaza, le 7 mars 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

L’armée a indiqué ne pas encore savoir quand les engins explosifs improvisés ont été placés.

Elle a ajouté que ces bombes ont été « implantées  afin d’attaquer les forces de l’armée qui opère à la frontière ».

Une fois les bombes désamorcées, elles ont été retirées par les soldats et confiées aux enquêteurs pour en déterminer l’origine.

Plus tôt dans la journée, les médias palestiniens ont signalé la présence de troupes israéliennes et de véhicules sur le côté gazaoui de la barrière.

Les tensions entre Israël et le groupe terroriste à Gaza se sont renforcées dernièrement, après plusieurs tirs de roquettes depuis l’enclave et les frappes aériennes de répression menées par l’aviation israélienne.

Jeudi, des troupes israéliennes en service près de la barrière de sécurité à Gaza ont été attaqués au nord de la bande, pour la troisième fois en quatre jours. Aucun soldat n’a été blessé mais un véhicule d’ingénierie de l’armée a été touché par des tirs, selon l’armée. Cette dernière à répondu en attaquant deux positions du Hamas au nord de la bande de Gaza.

Cet échange de tirs s’est produit au lendemain d’un tir de roquette depuis l’enclave côtière qui a atterri dans un terrain vague de la ville d’Ashkelon, ne causant ni blessé ni dégâts. L’armée n’a pas immédiatement réagit par des tirs d’artillerie ni par des frappes aériennes, comme cela a pu être le cas par le passé.

Lundi dernier, une roquette a été lancée depuis Gaza vers la région de Shaar Hanegev. Elle est tombée dans un terrain vague. Quelques heures plus tard, l’aviation israélienne a bombardé plusieurs cibles au sein de la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...