Une roquette de Gaza frappe le sud d’Israël lundi avant l’aube
Rechercher

Une roquette de Gaza frappe le sud d’Israël lundi avant l’aube

Le projectile a touché une zone ouverte de Shaar Hanegev ; l’alerte ne s’est pas déclenchée car la roquette ne se dirigeait pas vers une zone habitée

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Tirs de roquettes depuis Gaza vers Israël, le 17 juillet 2014. Illustration. (Crédit : Thomas Coex/AFP)
Tirs de roquettes depuis Gaza vers Israël, le 17 juillet 2014. Illustration. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

Une roquette tirée depuis la bande de Gaza a frappé le sud d’Israël lundi avant l’aube, sans faire de victime ni de dégât, a annoncé l’armée israélienne.

« Un projectile tiré depuis la bande de Gaza a frappé une zone non habitée, dans le sud d’Israël », selon un communiqué militaire. « Aucune victime n’est signalée », ajoute le texte.

Les forces de sécurité israéliennes ont entrepris de fouiller la zone où le projectile serait tombé, dans la région de Shaar Hanegev, au nord est de la bande de Gaza, afin d’en récupérer les morceaux pour l’enquête, précise encore le communiqué.

La roquette a été lancée peu avant 4h15, selon l’armée israélienne.

La sirène d’alerte aux missiles n’a pas été activée car la roquette ne se dirigeait pas vers une zone habitée.

Il n’y aurait pas eu de représailles immédiates de la part d’Israël.

Depuis la fin de la guerre contre le Hamas en 2014, le nombre d’attaques à la roquette contre l’Etat juif a chuté à un plus bas historique, avec un à deux tirs par mois.

Le système de défense Dôme de Fer en action . Illustration. (Crédit : David Buimovitch/Flash90)
Le système de défense Dôme de Fer en action . Illustration. (Crédit : David Buimovitch/Flash90)

Les attaques nocturnes sont relativement rares, car les lancements de roquettes se font généralement pendant la journée, probablement pour perturber la vie quotidienne des Israéliens et attirer l’attention des médias.

La roquette a probablement été lancée par un groupe salafiste radical, et pas par le Hamas. Israël tient cependant pour responsable de tout tir émanant de la bande de Gaza le Hamas, le groupe terroriste sunnite qui règne su le territoire depuis dix ans.

L’attaque de lundi matin intervient deux semaines et demi après plusieurs échanges transfrontaliers entre Israël et des groupes terroristes gazaouis, qui ont soulevé des inquiétudes sur une reprise du conflit entre Tsahal et le Hamas.

Le 6 février, une roquette avait été lancée sur la côte méditerranéenne d’Israël, dans la région de Hof Ashkelon, et était tombée dans une zone ouverte. Ce même jour, une patrouille de l’armée avait essuyé des coups de feu près de la barrière de sécurité.

L’armée avait répondu aux deux attaques avec des frappes aériennes et des tirs de mortiers sur des positions du Hamas dans toute la bande de Gaza.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait déclaré qu’Israël ne tolèrerait pas une « pluie » d’attaques à la roquette de la bande de Gaza « sans réponse », pendant que l’aviation frappait des cibles du Hamas dans la bande de Gaza.

« Ma politique est de répondre fermement à tout tir de roquette, avait déclaré Netanyahu. Nous sommes fermes dans cette réponse. »

Ces derniers mois, l’armée israélienne, sous la direction du ministre de la Défense Avigdor Liberman, a adopté une politique plus sévère à l’égard des tirs sporadiques de roquette.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman pendant la conférence du barreau israélien à Tel Aviv, le 20 décembre 2016. (Crédit : Flash90)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman pendant la conférence du barreau israélien à Tel Aviv, le 20 décembre 2016. (Crédit : Flash90)

Liberman a promis qu’Israël répondrait agressivement aux attaques à la roquette, afin de forcer le Hamas à freiner les groupes gazaouis plus extrémistes. Au moins deux fois, l’armée a menée des dizaines de frappes aériennes contre des positions du Hamas en réponse aux tirs de roquettes.

La semaine dernière, l’Etat islamique au Sinaï a tiré deux roquettes qui ont touché une zone ouverte de la région d’Eshkol, dans le sud d’Israël, à la frontière entre Gaza et la péninsule du Sinaï. Ce mois-ci, le groupe terroriste avait déjà tiré quatre roquettes contre Eilat. Trois d’entre elles avaient été interceptées par le Dôme de Fer, et la quatrième était tombée dans une zone non habitée.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...