L’attaque à Oman d’un pétrolier géré par une firme israélienne a fait deux morts
Rechercher

L’attaque à Oman d’un pétrolier géré par une firme israélienne a fait deux morts

Selon Zodiac Maritime, la compagnie d'Eyal Ofer, un Roumain et un Britannique ont été tués lors de l'incident arrivé près d'Oman avec, dans l'ombre, les tensions irano-israéliennes

Le pétrolier Mercer Street, battant pavillon libérien, au large de Cape Town, en Afrique du sud, le 2 janvier 2016. (Crédit : Johan Victor via AP)
Le pétrolier Mercer Street, battant pavillon libérien, au large de Cape Town, en Afrique du sud, le 2 janvier 2016. (Crédit : Johan Victor via AP)

Deux membres d’équipage – un ressortissant britannique et un homme de nationalité roumaine – sont morts lors de l’attaque d’un pétrolier exploité par une compagnie appartenant à un Israélien au large de la côte d’Oman, dans la soirée de jeudi, a fait savoir la firme.

« C’est avec une profonde tristesse que nous annonçons que l’incident survenu à bord du M/T Mercer Street en date du 29 juillet 2021 a entraîné la mort de deux hommes de l’équipage », a fait savoir Zodiac Maritime dans une déclaration faite vendredi après-midi.

Aucun détail n’a filtré sur la nature de l’attaque ou sur la manière dont les deux hommes sont morts.

Le navire est exploité par Zodiac Maritime, une entreprise basée à Londres qui appartient au magnat israélien Eyal Ofer. Au début du mois, un navire en partance pour les Émirats arabes unis et qui avait appartenu à Zodiac Maritime d’Ofer avait été attaqué dans le nord de l’océan Indien.

La firme a indiqué qu’alors que la gestion du pétrolier MERCER STREET, qui bat pavillon libérien, lui avait été confiée, le propriétaire du bateau était un Japonais.

Elle a noté vendredi ne pas avoir connaissance d’autres victimes que les deux hommes, et ignorer s’il y a eu des blessés.

« Notre principale inquiétude reste la sécurité et le bien-être de tous les membres d’équipage qui se trouvent actuellement à bord et de tous ceux qui ont été touchés par la situation. L’examen des détails de l’incident est encore en cours, et une enquête a été ouverte », a ajouté l’entreprise.

Une brève déclaration initiale du département chargé des opérations commerciales maritimes du Royaume-Uni (UKMTO), qui dépend de l’armée britannique, a fait savoir qu’une enquête sur cet incident – qui serait survenu jeudi, tard dans la soirée, au nord-est de l’île omanaise de Masirah – était en cours. L’attaque a eu lieu à plus de 300 kilomètres au sud-est de Mascate, la capitale d’Oman.

« Nous continuons à travailler en étroite collaboration avec l’UKMTO et les autres autorités concernées », a poursuivi Zodiac Maritime.

Les responsables israéliens n’ont pas immédiatement confirmé l’incident qui survient néanmoins dans un contexte de tensions accrues entre l’État juif et l’Iran, alors que les négociations portant sur l’accord nucléaire signé par la République islamique et les grandes puissances mondiales sont actuellement dans l’impasse.

D’autres navires israéliens ont été pris pour cible, ces derniers mois, alors que les deux pays semblent disputer une guerre dans l’ombre. Les responsables israéliens ont attribué la responsabilité des attaques à Téhéran.

La déclaration de l’UKMTO est restée évasive, affirmant seulement que l’armée ne pensait pas à un acte de piraterie. Jeudi dans la journée, le département avait fait savoir qu’il avait enquêté sur d’autres incidents inexpliqués dans le même secteur, sans pour autant donner de détail.

Oman, de son côté, n’a pas confirmé l’attaque et s’est refusé à tout commentaire. La 5e Flotte de la marine américaine, qui patrouille dans le Moyen-Orient, n’a pas réagi pour le moment à l’incident.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...