Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

L’auteur de la pire attaque antisémite aux US en 2018 jugé « coupable » de meurtres

Au-delà de la reconnaissance de culpabilité, l'enjeu de ce procès en deux parties est centré sur la peine capitale qui pourrait être prononcée par la justice fédérale américaine

Les victimes de la fusillade de la synagogue "Tree of Life" de Pittsburgh, le 27 octobre 2018. (Crédit : Facebook/Google Maps/JTA Collage)
Les victimes de la fusillade de la synagogue "Tree of Life" de Pittsburgh, le 27 octobre 2018. (Crédit : Facebook/Google Maps/JTA Collage)

L’auteur d’un massacre en 2018 dans une synagogue de Pittsburgh, l’attaque la plus meurtrière contre des juifs dans l’histoire des Etats-Unis et pour laquelle il encourt la peine de mort, a été jugé vendredi coupable de meurtres.

Ce procès, qui va dorénavant entrer dans une seconde phase pour déterminer si le coupable doit être condamné à mort ou à la perpétuité, se tient dans un contexte de poussée d’actes antisémites aux Etats-Unis.

Robert Bowers, un routier blanc de 50 ans, était accusé d’avoir perpétré 11 assassinats en octobre 2018 dans la synagogue Tree of Life de Pittsburgh, une ville du nord-est des Etats-Unis, aggravés par la qualification d’acte antisémite.

Selon le parquet fédéral de Pennsylvanie, qui a confirmé à l’AFP de premières informations des médias CNN, ABC et du New York Times présents à Pittsburgh, le jury a délibéré durant cinq heures pour parvenir à ce premier verdict.

Photo du permis de conduire de Robert Bowers, meurtrier présumé de la synagogue de Pittsburgh. (Crédit : Department of Transportation de Pennsylvanie)

Bowers a été reconnu « coupable » des 63 chefs d’inculpation pour lesquels il était poursuivi.

Au-delà de la reconnaissance de culpabilité, l’enjeu de ce procès en deux parties est centré sur la peine capitale qui pourrait être prononcée par la justice fédérale américaine.

Durant la phase d’instruction, des avocats de Robert Bowers avaient proposé en vain de plaider « coupable » en échange de la garantie que leur client ne serait pas condamné à mort.

Le ministère de la Justice américain avait refusé.

A LIRE : Judy Clarke, qui défend les « pires des pires », représente le tireur de Pittsburgh

Le 27 octobre 2018, Bowers avait fait irruption dans la synagogue Tree of Life, armé de trois pistolets et d’un fusil d’assaut semi-automatique.

Criant « tous les juifs doivent mourir », il avait ouvert le feu et tué 11 personnes, dont une fidèle de 97 ans, en pleine cérémonie de Shabbat dans un quartier juif historique de Pittsburgh, commettant l’attaque la plus sanglante contre des juifs aux Etats-Unis.

Avant cela, il avait posté des messages racistes, antisémites et hostiles aux étrangers immigrés sur un réseau social d’extrême droite.

Le président d’alors, le républicain Donald Trump, avait réclamé la peine de mort, une demande suivie par le ministère de la Justice de l’époque et confirmée après le début du mandat du président démocrate Joe Biden le 20 janvier 2021.

Le président américain Joe Biden quitte la Maison Blanche à Washington, le 27 janvier 2023. (Crédit : AP Photo/Susan Walsh)

Mais alors que le candidat Biden s’était engagé en 2020 à abolir la peine de mort à l’échelon national, ce procès a ravivé les débats autour de ce châtiment suprême encore pratiqué dans nombre d’Etats américains.

Dès 2019, le procureur fédéral de Pittsburgh avait prévenu qu’il requerrait la peine de mort pour Robert Bowers, citant son « absence de remords » et « sa haine et son mépris » pour les juifs.

Durant les débats du procès commencés fin mai, son avocate Judy Clarke avait d’entrée reconnu que son client était bien l’homme qui avait tiré sur des juifs. « Il ne sert à rien de chercher du sens à un acte insensé », avait-elle estimé, cherchant avant tout à sauver la vie de Bowers plutôt qu’à plaider son innocence.

Ce procès a lieu dans un contexte de poussée d’actes racistes et antisémites aux Etats-Unis, à leur plus haut niveau depuis 30 ans, d’après des statistiques de la police fédérale, le FBI, citées en avril par le Washington Post.

Judy Clarke, alors membre de l’équipe de défense de Dzhokhar Tsarnaev, suspecté d’avoir commis l’attentat du marathon de Boston, arrivant au palais de justice John Joseph Moakley pour la phase de détermination de la peine dans le procès de l’attentat de Boston, à Boston, dans le Massachusetts, le 30 avril 2015. (Crédit : Scott Eisen/Getty Images via AFP)

D’après l’organisation américaine de lutte contre l’antisémitisme Anti Defamation League, la première puissance mondiale avait connu en 2021 un triste record de 2 717 actes antisémites (agressions, attaques verbales, dégradations matérielles…), soit une augmentation de 34 % par rapport à 2020, l’année du Covid et des confinements.

Pour 2022, cette association a dénombré 3 697 actes antisémites (+ 36 % sur un an), du jamais vu depuis 1979.

D’ailleurs, en saluant le verdict contre Bowers, l’American Jewish Committee a plaidé pour que « la lutte contre la haine antisémite soit le travail de toute une société, pas uniquement de la communauté juive ».

L’association américaine StopAntisemistim s’est également félicitée que « la terreur antisémite ne soit pas restée impunie ».

Un rassemblement à Jérusalem en solidarité avec les Juifs américains et du monde suite à une série d’attaques antisémites, au moment où se tient un rassemblement à New York dénonçant la haine antijuive, le 5 janvier 2020. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Les Etats-Unis comptent le plus grand nombre de personnes juives au monde, derrière Israël.

Il y avait en 2020, selon l’institut Pew Research Center, quelque 5,8 millions d’adultes juifs aux Etats-Unis, qu’ils soient religieux ou pas, auxquels s’ajoutent 2,8 millions de personnes adultes qui revendiquent un parent juif.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.