L’autre moitié d’une lampe de 2 000 ans découverte à Jérusalem serait à Budapest
Rechercher
Archéologie

L’autre moitié d’une lampe de 2 000 ans découverte à Jérusalem serait à Budapest

Un archéologue hongrois a contacté les Israéliens car il aurait un objet correspondant en forme de visage découverte sur la route des pèlerins juifs se rendant au Second Temple

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Une lampe à huile en bronze découverte à Budapest en 2012 (à droite) qui correspond à celle trouvée dans la Cité de David à Jérusalem en mai 2021 (à gauche). (Ágnes Bakos/Bence Tihanyi ; Koby Harati/Cité de David)
Une lampe à huile en bronze découverte à Budapest en 2012 (à droite) qui correspond à celle trouvée dans la Cité de David à Jérusalem en mai 2021 (à gauche). (Ágnes Bakos/Bence Tihanyi ; Koby Harati/Cité de David)

Une lampe à huile rare, vieille de 2 000 ans et ayant la forme de la moitié d’un visage grotesque, découverte à Jérusalem la semaine dernière, semble avoir un partenaire correspondant, découvert à Budapest il y a neuf ans.

L’Autorité israélienne des Antiquités a déclaré la semaine dernière que la lampe, dont on estime qu’elle date de la fin du 1er siècle ou du début du 2e siècle de notre ère, était la première découverte de ce type en Israël et l’une des rares dans le monde.

Selon le site archéologique de la Cité de David à Jérusalem, après l’annonce de la découverte, l’archéologue hongrois Dr. Gabor Lassanyi a pris contact pour dire qu’il pourrait être en possession de l’autre moitié, qui a été découverte lors d’une fouille en 2012 à Budapest.

« Lors d’une fouille que nous avons menée à Aquincum (l’actuelle Budapest), nous avons trouvé un objet remarquablement rare : au pied du bâtiment, nous avons découvert une demi-lampe en bronze représentant la moitié droite d’un visage en forme de masque de théâtre romain », a écrit Lassanyi à Ari Levy, le responsable des fouilles de Jérusalem.

Une lampe à huile en bronze découverte à Budapest en 2012 (à droite) qui correspond à celle trouvée dans la Cité de David à Jérusalem en mai 2021 (à gauche). (Ágnes Bakos/Bence Tihanyi ; Koby Harati/Cité de David)

Selon M. Lassanyi, « il n’existe que quelques créations connues de cette période qui y ressemblent, et elles se trouvent dans des musées et des collections privées du monde entier, mais aucune d’entre elles ne ressemble à ces deux moitiés. Il est très difficile de réaliser un objet aussi précis, et il est donc probable que les deux moitiés de la lampe aient été créées dans la même maison d’artisans et aient même pu servir de paire à une pièce complète. »

La lampe trouvée à Jérusalem représente le côté gauche d’un visage, tandis que la lampe de Budapest représente le côté droit.

Après un premier examen des deux lampes, Lassanyi et Levy ont constaté que les deux moitiés avaient exactement les mêmes dimensions. De plus, la lampe hongroise possède une fente de connexion qui est enfoncée, tandis que la lampe découverte en Israël possède une arête saillante, indiquant qu’elles pourraient se raccorder.

Une lampe à huile en bronze découverte à Budapest en 2012 qui correspond à une lampe trouvée dans la Cité de David à Jérusalem en mai 2021. (Ágnes Bakos/Bence Tihanyi)

M. Levy s’est dit « incroyablement surpris et excité de recevoir une telle réponse » de la part de M. Lassanyi.

« Dès le départ, il était clair pour nous que cette lampe avait été fabriquée à l’étranger, dans l’un des pays européens, mais je ne pouvais pas imaginer que je recevrais un message aussi incroyable. La présence d’un exemplaire similaire en Hongrie, une région qui était à l’époque sous le contrôle de l’Empire romain, nous permet d’aborder la question de manière beaucoup plus profonde et plus large que prévu », a déclaré M. Levy.

Les chercheurs de l’Autorité israélienne des Antiquités ont déclaré la semaine dernière qu’ils pensaient que la lampe en bronze avait été utilisée comme dépôt de fondation – un enterrement rituel d’une offrande – pour porter chance aux résidents du bâtiment de l’époque romaine.

Une lampe à huile en bronze découverte dans les fondations d’un bâtiment de l’époque romaine sur la route de pèlerinage de la Cité de David à Jérusalem, mai 2021. (Koby Harati/Cité de David)

Selon l’Autorité israélienne des Antiquités, la lampe a été coulée dans un moule sculpté qui avait la forme de la moitié du visage d’un homme barbu à l’apparence grotesque. L’extrémité de la lampe a la forme d’un croissant de lune, et la poignée celle d’une plante acanthe. La décoration qui apparaît sur la lampe rappelle un motif artistique romain courant, semblable à un masque de théâtre.

Lassanyi et son équipe ont également comparé leur découverte à un masque de théâtre [lien en hongrois].

Les archéologues israéliens examinent actuellement différentes options pour déterminer si les deux lampes sont effectivement identiques, y compris la possibilité d’imprimer un modèle tridimensionnel de la lampe depuis Israël et de l’envoyer en Hongrie afin que les chercheurs de ce pays puissent essayer de raccorder les deux moitiés, a déclaré la Cité de David dans un communiqué.

Une lampe à huile en bronze découverte à Budapest en 2012 qui correspond à une lampe trouvée dans la Cité de David à Jérusalem en mai 2021. (Ágnes Bakos/Bence Tihanyi)

La découverte, faite sur le chemin de pèlerinage de la Cité de David, comprenait également la mèche de la lampe, qui était exceptionnellement bien conservée.

Le chemin de pèlerinage était utilisé par les pèlerins juifs il y a 2 000 ans lorsqu’ils se rendaient sur le site le plus sacré du judaïsme, le mont du Temple.

Michael Bachner a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...