Un avocat de Netanyahu démissionne à cause du non-règlement de ses honoraires
Rechercher

Un avocat de Netanyahu démissionne à cause du non-règlement de ses honoraires

Navot Tel-Zur quitte l'équipe de défense du Premier ministre, et transfère à Amit Hadad la charge exclusive du dossier

Navot Tel-Zur à la Cour suprême de Jérusalem le 9 février 2016. (Yonatan Sindel/Flash90)
Navot Tel-Zur à la Cour suprême de Jérusalem le 9 février 2016. (Yonatan Sindel/Flash90)

L’avocat du Premier ministre Benjamin Netanyahu Navot Tel-Zur a annoncé mercredi qu’il se retirait de l’équipe de défense qui travaille sur les enquêtes contre le chef du gouvernement, avec des désaccords ces dernières semaines sur le non-règlement de ses honoraires.

L’avocat Amit Hadad se verra donc attribuer la responsabilité de ces affaires.

Tel-Zur a annoncé sa démission à la Commission des permis du bureau du contrôleur de l’Etat, un organe de supervision du gouvernement.

Au début du mois, Tel-Zur avait refusé de récupérer les dossiers liés aux trois enquêtes de corruption au motif qu’il n’avait pas encore été payé pour son travail.

Alors que certains spéculent que Netanyahu cherche à gagner du temps pour pouvoir faire voter une loi qui l’immuniserait face aux poursuites, un porte-parole du Premier ministre insisté mardi que le retard dans l’acceptation des dossiers était lié au non-paiement des avocats.

Le porte-parole a affirmé que ce retard était imputable à l’Etat, qui refuse d’autoriser des riches bienfaiteurs à payer les factures juridiques du Premier ministre.

Les avocats de Netanyahu sont dans une guérilla avec la Commission des permis du bureau du contrôleur de l’Etat, au sujet de sa demande d’aide de financement de ses frais juridiques. La Commission a déjà rejeté sa demande à deux reprises. Dimanche, elle a fait savoir qu’elle n’étudierait la demande une troisième fois qu’après une déclaration détaillée de son patrimoine, chose qu’il a toujours refusé de faire.

Le panel estime qu’il est inapproprié que des bienfaiteurs non-israéliens payent les factures d’avocats du Premier ministre dans des affaires portant justement sur la réception de cadeaux illicites de la part d’individus aisés en Israël et à l’étranger.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est interviewé par la Douzième chaîne d’information israélienne dans leur studio, le 23 mars 2019. (Capture d’écran : Douzième chaîne)

Son porte-parole a déclaré mardi qu’au lieu d’attendre, « le Premier ministre et ses avocats étaient parvenus à un accord temporaire pour payer en avance leurs frais afin de surmonter l’obstacle initial qui empêchait d’étudier les documents nécessaires à l’audience ».

Le porte-parole a ajouté que « le Premier ministre insiste sur son droit à obtenir de l’aide financière pour sa protection juridique, comme toute personnalité publique, étant donné la somme d’argent importante dépensée dans cette affaire ».

Mercredi, le procureur général Avichai Mandelblit a annoncé qu’il reportait l’audience pré-inculpation de Netanyahu au 2-3 octobre.

Hadad avait demandé au procureur général un report d’un an, avançant que la portée des documents à étudier était trop vaste pour être examinée en seulement trois mois.

Mandelblit a refusé cette demande, affirmant qu’elle n’était pas dans l’intérêt du public.

Raoul Wootliff a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...