Le BDS salue le démenti des rumeurs portant sur un concert de Shakira en Israël
Rechercher

Le BDS salue le démenti des rumeurs portant sur un concert de Shakira en Israël

Le promoteur de la tournée a expliqué que la chanteuse née en Colombie n'a jamais fixé une date pour se produire à Tel Aviv mais qu'elle espère le faire à l'avenir

Wikipedia/oouinouin de Nanterre, France
Wikipedia/oouinouin de Nanterre, France

Les partisans du boycott contre Israël se sont réjoui, mardi, sur les réseaux sociaux après l’annonce que la superstar de la pop, Shakira, ne se produira pas en Israël cet été.

Au début du mois, la chaîne Hadashot avait fait savoir que la chanteuse née en Colombie et âgée de 41 ans, dont le père est Libanais, se produirait au Yarkon Park de Tel Aviv le 9 juillet. Les promoteurs de la tournée ont toutefois fait savoir via Twitter que cette information était inexacte et qu’un concert en Israël n’était pas pour le moment d’actualité.

Live Nation, la société de promotion, a souligné qu’elle espérait monter sur scène au sein de l’Etat juif à l’avenir.

« Les médias ont fait savoir de manière inexacte que Shakira se produirait à Tel Aviv cet été », ont écrit les promoteurs sur Twitter. « Tandis qu’aucune date n’a été fixée pour cet été, Shakira et Live Nation espèrent présenter le spectacle aux fans en Israël à l’avenir ».

Certains médias israéliens avaient annoncé que Shakira prévoyait de se produire en Israël au mois d’octobre.

Le spectacle de Tel Aviv n’était pas apparu sur le site officiel de la chanteuse. Aucun concert n’a été prévu en date du 9 juillet mais elle montera sur scène en Turquie et au Liban le 11 et le 13 juillet respectivement.

Hadashot avait indiqué que cette lauréate habituée des Grammy award, qui a sorti des hits comme « Hips Don’t Lie » et « Waka Waka (This Time For Africa) », avait reporté son concert en raison de la situation sur la frontière avec Gaza.

Shakira avait annoncé au début du mois qu’elle se produirait au Liban, le 13 juillet, au festival international du Cèdre dans le cadre de sa tournée mondiale El Dorado. Organisé dans la ville de Bsharri, dans la montagne, le festival réunira environ 14 000 personnes, selon le site de l’événement.

Les médias locaux libanais avaient fait savoir que, selon les médias israéliens, la superstar colombienne devait jouer en Israël au préalable, ajoutant que les partisans de BDS protestaient contre ce concert libanais et sa prestation israélienne.

Shakira s’était produite pour la première fois au Liban en 2011, après une visite en Israël.

Les médias libanais avaient noté que le Liban interdit officiellement aux individus ayant effectué un voyage en Israël d’entrer dans ses frontières mais qu’il y avait toutefois des exceptions.

Les partisans de BDS avaient écrit à Shakira en lui demandant d’annuler sa performance à Tel Aviv, se référant aux annulations d’autres chanteurs, parmi lesquels Lorde, de Nouvelle-Zélande, qui a renoncé à son concert prévu au mois de juin après l’avoir annoncé au mois de janvier.

Les partisans du mouvement de boycott d’Israël BDS se sont réjouis mardi de l’information démentant l’étape israélienne de Shakira.

Le groupe PACBI (Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel), initiateur du boycott en 2004, a tweeté qu’une ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF, à savoir Shakira, avait le devoir moral de ne pas se produire à Tel Aviv.

« Nous saluons la nouvelle selon laquelle Shakira ne se produira pas à Tel Aviv, éteignant les espoirs d’Israël de pouvoir utiliser son nom pour blanchir, par l’art, son dernier massacre à Gaza », a posté le groupe. « Les artistes, en particulier les ambassadeurs de bonne volonté des Nations unies, ont le devoir moral de ne pas être complices en permettant de couvrir les violations des droits de l’Homme et l’apartheid ».

La chanteuse, dont les grand-parents paternels avaient immigré aux Etats-Unis depuis le Liban, a vendu plus de 140 millions de disques dans sa carrière, ce qui fait d’elle la chanteuse sud-américaine ayant vendu le plus de disques et l’une des artistes ayant connu le plus de succès de tous les temps.

Shakira ne s’est jamais produite en Israël mais elle avait participé à la conférence présidentielle de 2011 de Shimon Peres.

Lors de ce voyage, elle avait visité deux écoles de la ville, dont un établissement israélo-palestinien et bilingue qui éduque les enfants en hébreu et en arabe pour tenter d’améliorer la coexistence.

La semaine dernière, le musicien brésilien Gilberto Gil a annulé un concert prévu au mois de juillet au sein de l’Etat juif dans le cadre du festival d’Israël, citant « l’époque sensible actuellement traversée par Israël ».

Les manifestations de la « marche du retour » ont commencé sur la frontière avec Gaza il y a environ deux mois et elles ont culminé, le 14 mai, par des affrontements violents avec l’armée israélienne qui ont fait plus de 60 morts du côté palestinien et des milliers de blessés. Le Hamas, le groupe terroriste qui gouverne la bande de Gaza, a déclaré que 50 des personnes tuées appartenaient à son groupe. Le Jihad islamique palestinien a pour sa part revendiqué trois morts parmi ses rangs.

Mardi, des douzaines de roquettes ont été lancées depuis Gaza vers Israël et en représailles à des frappes contre des cibles menées par l’armée israélienne dans la bande de Gaza.

La chanteuse pop Lorde avait annulé son concert prévu le 5 juin à Tel Aviv après avoir cédé aux pressions de BDS mais des douzaines d’artistes se sont produits, ou prévoient de le faire, en Israël, notamment Ringo Starr à la fin du mois de juin et Enrique Iglesias qui est monté sur scène cette semaine.

L’équipe du Times of Israel et l’AFP ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...