Rechercher

Le cabinet israélien approuve le projet d’hôpital de campagne dans l’ouest ukrainien

Le projet porte le nom de l’ancienne Première ministre Golda Meir, fondatrice du programme d’aide du ministère des Affaires étrangères et symbole d’espoir pour les Ukrainiens

Dans cette image du ministère de la Santé publiée le 5 mars 2022, on voit un exemple d’hôpital de campagne. Israël envoie une délégation en Ukraine pour mettre en place un hôpital de campagne dans le pays. (Autorisation/Sheba Medical Center, Ministère de la Santé)
Dans cette image du ministère de la Santé publiée le 5 mars 2022, on voit un exemple d’hôpital de campagne. Israël envoie une délégation en Ukraine pour mettre en place un hôpital de campagne dans le pays. (Autorisation/Sheba Medical Center, Ministère de la Santé)

Les ministres ont approuvé lundi les plans d’un hôpital de campagne israélien qui devrait être déployé dans les prochains jours en Ukraine, pays déchiré par la guerre.

Selon un communiqué du gouvernement, l’hôpital accueillera pendant un mois des réfugiés à l’ouest du pays, dans le cadre du projet baptisé Shining Star.

Budgétisés à hauteur de 21 millions de shekels, les fonds proviennent du bureau du Premier ministre, du ministère de la Santé et du ministère des Affaires étrangères, ainsi que de la Fondation de la famille Charles et Lynn Schusterman et de l’American Jewish Joint Distribution Committee.

L’établissement sera exploité par le centre hospitalier Sheba, la caisse de santé Clalit et du personnel médical de plusieurs autres hôpitaux, selon le ministère de la Santé.

L’hôpital comprendra des unités pour enfants et adultes, une salle d’urgence, une salle d’accouchement et une clinique pour les premiers soins.

Des représentants du ministère des Affaires étrangères se joindront à la délégation.

Le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a précisé la semaine dernière que l’hôpital serait exclusivement géré et gardé par des civils.

Le projet (Kochav Meir en hébreu) porte le nom de l’ancienne Première ministre Golda Meir, née en Ukraine et fondatrice du programme d’aide MASHAV du ministère des Affaires étrangères, à la tête du projet d’hôpital de campagne.

Native de Kiev, Meir est devenue un symbole d’espoir pour les Ukrainiens pris dans l’étau de l’invasion russe.

Un officier ukrainien montre une biographie de Golda Meir qu’il emporte avec lui durant les combats. (Capture d’écran : Twitter)

« Je peux dire officiellement aujourd’hui que nous sommes en train d’établir un hôpital de campagne pour les Ukrainiens blessés qui fonctionnera sur le terrain. C’est important et je suis heureux que nous – le ministère de la Santé et le ministère des Affaires étrangères, avec l’aide du ministère des Finances – soyons à la manœuvre », a déclaré le Premier ministre Naftali Bennett lors de la réunion hebdomadaire du gouvernement.

Israël a déjà envoyé un chargement d’aide humanitaire de cent tonnes à l’Ukraine, envahie par la Russie le 24 février dans le cadre d’une campagne militaire qui a rencontré une résistance féroce.

L’aide comprenait du matériel médical, des médicaments, des purificateurs d’eau, des tentes, des couvertures, des sacs de couchage et devrait être suivie d’un chargement supplémentaire dans les semaines à venir, a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

Toujours au cours de la réunion de lundi, Bennett a déclaré qu’Israël gérait sa réaction à la guerre de la Russie contre l’Ukraine avec « tact et responsabilité », récusant les critiques suivant lesquelles Jérusalem n’aurait pas pris de mesures fortes contre Moscou face à l’invasion en cours.

« Nous gérons cette crise complexe avec doigté et responsabilité, et nous nous efforçons d’offrir de l’aide du mieux que nous le pouvons », a déclaré Bennett.

Le Premier ministre, Naftali Bennett, préside une réunion du gouvernement, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 14 mars 2022. (Marc Israel Sellem/POOL via Flash90)

Pour tenter de contrer l’invasion russe, les pays occidentaux ont imposé des sanctions écrasantes à la Russie. Israël a fait en sorte de ne pas se joindre aux sanctions, cherchant à assumer un rôle de médiateur entre la Russie et l’Ukraine, à la faveur des bonnes relations qu’il entretient avec les deux pays.

Les responsables ukrainiens ont critiqué Israël pour avoir refusé de leur fournir des équipements défensifs. Par ailleurs, un vent de critiques à l’égard de la politique gouvernementale en matière de réfugiés, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du gouvernement, s’est levé, en particulier en ce qui concerne le plafonnement du nombre de réfugiés inéligibles à la citoyenneté autorisés à entrer en Israël, comme le traitement [qui leur était réservé à leur arrivée].

« Nous nous préparons actuellement à intégrer [les refugiés] et les individus éligibles de la Loi du retour, avec un ensemble de mesures mises en œuvre par l’Etat : une allocation de subsistance, une aide au logement, une offre éducative et surtout une chaleureuse étreinte », a déclaré Bennett, détaillant le programme d’aide gouvernemental destiné aux nouveaux immigrants.

Selon une étude démographique de 2020 sur la communauté juive européenne, l’Ukraine compterait environ 43 300 personnes qui se déclarent Juives et quelque 200 000 personnes éligibles à l’immigration en Israël en vertu de la loi du retour pour les Juifs et leurs proches.

Des réfugiés fuyant la guerre en Ukraine arrivent à l’aéroport Ben Gurion le 9 mars 2022 (Tomer Neuberg/Flash90)

« Par ailleurs, en tant que peuple et en tant que société, nous offrirons également une aide humanitaire aux ressortissants ukrainiens temporairement réfugiés ici, pour quelques semaines ou quelques mois, jusqu’à ce que la situation s’apaise. Je sais que beaucoup de familles vont accueillir [des réfugiés] dans les semaines à venir et c’est quelque chose de très important », a ajouté Bennett.

La ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked, numéro 2 du parti Yamina de Bennett, a annoncé dimanche que les réfugiés fuyant l’Ukraine avec de la famille en Israël ne seraient pas concernés par le plafond d’entrée, fixé à 25 000, des réfugiés inéligibles à la citoyenneté israélienne.

Bennett a jusqu’à présent toujours refusé de condamner nommément la Russie, bien que le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid l’ait fait, y compris de nouveau lundi en promettant de veiller à ce que les institutions financières du pays n’autorisent pas le contournement des sanctions imposées à la Russie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...