Le chef de la communauté juive allemande « effrayé » par la montée de l’extrême-droite
Rechercher

Le chef de la communauté juive allemande « effrayé » par la montée de l’extrême-droite

La chancelière a multiplié ces derniers jours les appels aux électeurs à se détourner de la formation populiste

Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs d'Allemagne, pendant une conférence de presse à Frankfurt am Main, le 30 novembre 2014. (Crédit : Daniel Roland/AFP)
Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs d'Allemagne, pendant une conférence de presse à Frankfurt am Main, le 30 novembre 2014. (Crédit : Daniel Roland/AFP)

Le président du Conseil central des Juifs d’Allemagne Josef Schuster a jugé vendredi « effrayante » la montée des intentions de vote pour le parti de droite populiste AfD qui est en passe d’obtenir des scores records lors de scrutins régionaux.

« Je trouve ça effrayant », a-t-il dit dans un entretien à l’AFP, « les électeurs ne réalisent pas qu’ils vont voter pour un parti qui ne veut pas se différencier de l’extrême-droite ».

Selon lui, ce parti qui connaît un essor considérable depuis un an et la décision de la chancelière Angela Merkel d’accueillir en masse les réfugiés « ne présente que des slogans et aucune solution ».

Dimanche, lors des élections régionales en Mecklembourg-Poméranie occidentale (nord-est), l’AfD pourrait s’imposer comme la deuxième force politique, devant la CDU de Mme Merkel, en obtenant de 20 à 25 % des voix. A Berlin, où des élections sont prévues le 18 septembre, ce parti est crédité de 14 % des suffrages.

La chancelière a multiplié ces derniers jours les appels aux électeurs à se détourner de la formation populiste.

« Je veux encourager les gens à aller voter et à voter pour des partis qui présentent des solutions aux problèmes. L’AfD, pour moi, n’en fait pas partie », a-t-elle dit dans un entretien télévisé vendredi.

L’AfD, qui à sa fondation se posait en mouvement anti-euro, a adopté un discours anti-islam et anti-migrants avec l’arrivée en Allemagne d’un million de demandeurs d’asile en 2015. Il a déjà rencontré cette année une série de succès électoraux.

Depuis 1945, aucun parti d’extrême-droite ou de droite populiste n’a réussi à s’imposer durablement dans le paysage politique allemand. Ces derniers mois, les sondages en vue des législatives prévues à l’automne 2017 créditent l’AfD de 10 à 15 % des voix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...