Le chef de la diplomatie iranienne reçoit des responsables du Hamas
Rechercher

Le chef de la diplomatie iranienne reçoit des responsables du Hamas

Le groupe terroriste cherche à améliorer ses relations avec Téhéran, dans un contexte d’érosion de ses soutiens étrangers

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion avec le Premier ministre libanais Tammam Salam le 11 août 2015 au Palais du gouvernement dans la capitale Beyrouth (Crédit : AFP PHOTO / ANWAR AMRO)
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion avec le Premier ministre libanais Tammam Salam le 11 août 2015 au Palais du gouvernement dans la capitale Beyrouth (Crédit : AFP PHOTO / ANWAR AMRO)

Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères, a rencontré lundi une délégation de responsables du groupe terroriste palestinien du Hamas, qui souffre de l’érosion constante de ses soutiens étrangers.

Pendant la réunion, Zarif a répété le soutien « inchangé et de principe » de Téhéran aux Palestiniens, selon les médias publics iraniens.

La délégation de membres du bureau politique du Hamas à l’étranger était en visite en Iran pour assister dimanche à la prestation de serment du président Hassan Rouhani.

L’Iran était autrefois un soutien politique et financier crucial du Hamas, mais leurs relations ont commencé à se détériorer en 2012, notamment en raison de différends sur la guerre civile en Syrie.

En mai, l’Iran a accepté sur le principe de renouveler son financement au Hamas, et des responsables palestiniens ont indiqué se rendre à Téhéran pour améliorer les relations.

La semaine dernière, des cadres de l’Autorité palestinienne (AP) ont affirmé que l’Iran aidait les Palestiniens qui manifestaient contre les mesures de sécurité israéliennes sur le mont du Temple le mois dernier.

L’aide aurait notamment été distribuée sous forme de colis de nourritures et de boissons, qui comprenaient un prospectus décrivant le Dôme du Rocher et une citation attribuée au Guide suprême iranien, Ali Khamenei : « Avec l’aide de Dieu, la Palestine sera libérée. Jérusalem est nôtre. »

Ali Khamenei lors d'une réunion le 17 février 2014 à Téhéran (Crédit : Site officiel de Khamenei/AFP)
Ali Khamenei lors d’une réunion le 17 février 2014 à Téhéran (Crédit : Site officiel de Khamenei/AFP)

Un responsable des renseignements de l’AP avait dit à ce moment à un journal israélien qu’il était évident que le régime iranien était à l’origine des colis d’aide, et a estimé que l’initiative coûtait plusieurs millions de shekels. Cette mesure a irrité les dirigeants palestiniens, et le responsable anonyme a dit au quotidien Israël Hayom que c’était une erreur de laisser l’Iran atteindre la Cisjordanie avec ses « tentacules ».

La réunion de lundi à Téhéran a eu lieu alors que le Qatar, l’un des rares soutiens étrangers du Hamas, est toujours soumis à une importante pression de ses voisins du Golfe pour rompre ses relations avec le groupe terroriste. S’il le fait, le résultat pourrait être désastreux pour la bande de Gaza, un territoire dirigé depuis une décennie par le Hamas.

Le Qatar a investi des centaines de millions de dollars pour construire des routes, des logements et un hôpital important dans la petite enclave. Ses projets d’infrastructure comptent parmi les rares créations d’emplois dans cette économie en grande difficulté.

Gaza souffre déjà d’un blocus israélo-égyptien, imposé pour empêcher le groupe d’importer des armes, de la misère économique et de ruptures chroniques de courant. Pour le Hamas, l’injection de l’argent qatari dans l’économie est une bouée de sauvetage vitale pour son règne.

Des relations plus étroites entre le Hamas et l’Iran n’amadoueront probablement pas les états du Golfe et l’Egypte. L’un des principaux facteurs de la crise reste les bonnes relations entre le Qatar et Téhéran, et la crainte que l’Iran n’étende son influence en déstabilisant plus encore la région.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...