Rechercher

Le chiffre R du COVID-19 atteint son plus haut niveau depuis trois mois

Le taux de test positif pour le virus s'élève à 29,77 %, le plus haut depuis début avril mais Salman Zarka a affirmé qu'il ne s'agissait pas encore d'une "nouvelle vague"

Des personnes faisant la queue pour être testées pour le COVID-19, dans un centre de dépistage sur la place HaBima à Tel Aviv, le 28 mars 2022. (Crédit: Yossi Aloni/Flash90)
Des personnes faisant la queue pour être testées pour le COVID-19, dans un centre de dépistage sur la place HaBima à Tel Aviv, le 28 mars 2022. (Crédit: Yossi Aloni/Flash90)

Alors que les infections au COVID-19 continuent d’augmenter régulièrement, un chiffre clef mesurant la propagation du virus a atteint dimanche sa valeur la plus élevée en trois mois.

Le taux de transmission du virus, ou chiffre R, a atteint 1,44, alors que le ministère a indiqué que 3 259 nouveaux patients avaient été diagnostiqués la veille.

Le chiffre R se base sur des données remontant à dix jours et mesure le nombre de personnes que chaque porteur de coronavirus infecte en moyenne. Tout chiffre supérieur à 1 signifie que la propagation du COVID-19 s’accélère. Elle a commencé à dépasser 1 à la mi-mai, après être restée en dessous du seuil pendant près de deux mois.

Sur les 11 606 tests COVID-19 effectués samedi, 29,77 % se sont révélés positifs, le taux le plus élevé depuis la première semaine d’avril.

Il y avait 105 patients dans un état grave, selon les chiffres du ministère. Le nombre de malades graves n’a cessé de diminuer depuis la mi-mars, mais il a atteint un plateau au cours du mois dernier et commence maintenant à augmenter légèrement.

Le responsable de la lutte contre le coronavirus, Salman Zarka, a déclaré dimanche à la radio 103FM qu’il ne pensait pas encore que le pays était en pleine épidémie, mais il a exhorté le public à recommencer à porter des masques.

Le responsable de la lutte contre le coronavirus Salman Zarka pendant une conférence de presse près de Tel Aviv, le 9 novembre 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Zarka a déclaré que seule « la partie émergée de l’iceberg » est enregistrée et qu’il existe un nombre important de personnes qui ne se testent pas lorsqu’elles présentent des symptômes du COVID, ou qui ne signalent pas aux autorités si un test à domicile est positif.

« Nous constatons une augmentation. Nous la prenons au sérieux et procédons à des évaluations », a déclaré Zarka. « Il est fortement recommandé au public, en particulier aux populations à risque, de recommencer à porter un masque à l’intérieur. »

Mais il a précisé qu’il n’est pas question pour l’instant d’imposer de nouveau des restrictions pour le public comme cela a été le cas ces deux dernières années.

« Nous n’avons pas atteint un seuil qui requiert des restrictions. Nous ne sommes qu’au début de l’augmentation du nombre de cas », a déclaré Zarka.

Il y a maintenant 25 859 patients actifs confirmés dans le pays.

Des responsables du ministère de la Santé se réuniront cette semaine pour discuter de la réimposition d’une obligation de port de masque à l’intérieur, a rapporté samedi le radiodiffuseur public Kan.

La règle du masque à l’intérieur, qui était l’un des derniers ordres de santé publique liés au virus, a été levée le 23 avril. Les masques sont toujours obligatoires dans les hôpitaux et les établissements pour personnes âgées.

Mercredi dernier, le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre de la Santé Nitzan Horowitz ont rencontré des responsables de la santé et ont convenu qu’aucune nouvelle restriction liée au virus ne serait mise en place à ce stade.

Zarka a déclaré à l’époque que les responsables de la santé évalueraient la possibilité de recommander une cinquième dose de vaccin à certains segments de la population, mais une équipe consultative de la santé a déclaré par la suite qu’elle ne recommandait pas encore l’administration d’une autre dose de rappel, et a déclaré qu’une telle décision serait à nouveau évaluée en fonction des taux de morbidité.

Israël a levé la quasi-totalité des restrictions sanitaires, à l’exception de l’isolement des personnes dont le test est positif et de l’obligation de porter un masque dans les hôpitaux.

Israël a traversé cinq vagues de COVID-19 depuis le début de la pandémie en 2020. Il a fait de la vaccination de masse une stratégie centrale pour faire face au virus, et les chiffres de dimanche ont montré que jusqu’à présent, sur une population de quelque 9,5 millions de personnes, 6 710 267 avaient reçu au moins une dose.

Parmi eux, 6 141 921 ont reçu une deuxième dose, et 4 495 625 ont reçu trois doses. On compte également 814 955 personnes qui ont reçu quatre doses.

Depuis le début de la pandémie, 10 872 personnes sont décédées du COVID-19 en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...