Le deuxième confinement a enregistré 260 000 nouveaux demandeurs d’emploi
Rechercher

Le deuxième confinement a enregistré 260 000 nouveaux demandeurs d’emploi

L'agence pour l'emploi affirme que près d'un million de personnes - soit environ un quart de la population active - sont sans emploi, dont près de 600 000 ont été mis en congés

Une personne portant un masque facial traverse le marché Mahane Yehuda de Jérusalem, en grande partie fermé, le 7 octobre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Une personne portant un masque facial traverse le marché Mahane Yehuda de Jérusalem, en grande partie fermé, le 7 octobre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le service de l’emploi a annoncé dimanche que plus de 260 000 personnes avaient été ajoutées à la liste des chômeurs au cours du mois dernier – depuis la fête juive de Rosh HaShana et le début du confinement national qui a été partiellement levé dimanche.

Depuis le 17 septembre, 261 624 nouveaux demandeurs d’emploi ont été enregistrés, dont 228 122 ont été licenciés ou placés en congé sans solde.

Parmi eux, 188 101 se sont inscrits comme chômeurs pour la deuxième fois ou plus depuis le début de la propagation du coronavirus en Israël en mars.

A la date de dimanche, 980 370 Israéliens au total étaient au chômage – près d’un quart de la population active, qui compte quelque 4 millions de personnes – dont 628 344 ont été mis à pied.

Lors de la première apparition du virus, au printemps, les chiffres du chômage publiés par le service ont atteint des sommets, 800 000 personnes ayant rapidement perdu leur travail lors du premier confinement israélien.

Lorsque l’épidémie s’est calmée, certaines personnes ont pu retourner au travail, mais plus tard, avec la recrudescence des infections, le gouvernement a imposé de nouvelles restrictions et le taux de chômage a de nouveau augmenté.

Un homme traverse un marché fermé le premier jour de la fermeture nationale de trois semaines, à Tel Aviv, le 18 septembre 2020 (AP Photo/Oded Balilty)

Dimanche, Israël a commencé à sortir de son isolement d’un mois.

Depuis dimanche matin, les Israéliens peuvent à nouveau se déplacer à plus d’un kilomètre de chez eux et se rendre chez les autres, à condition de respecter les limites imposées aux rassemblements (10 à l’intérieur, 20 à l’extérieur). Les écoles maternelles et les garderies peuvent rouvrir ; les restaurants sont autorisés à proposer des plats à emporter ; les entreprises qui ne reçoivent pas de clients peuvent reprendre leurs activités ; les gens peuvent se rendre à la plage et dans les parcs nationaux ; et la place du mur Occidental et l’enceinte du mont du Temple rouvriront au culte sous certaines restrictions.

De nombreux propriétaires d’entreprises avaient dénoncé la fermeture comme un coup fatal porté à leurs moyens de subsistance, qui avaient beaucoup souffert lors du premier confinement en mars.

Signe des difficultés rencontrées par les propriétaires de petites entreprises dévastées financièrement, une manifestation a eu lieu la semaine dernière à Tel-Aviv, au cours de laquelle plusieurs commerçants ont jeté leurs marchandises dans la rue et y ont mis le feu.

Quelques jours auparavant, une vidéo montrait un propriétaire de magasin de chaussures de Tel-Aviv, ruiné par les deux confinements, qui fermait définitivement son magasin et vidait sa marchandise sur le trottoir pour que les passants puissent se servir.

Le gouvernement a accordé des allocations de chômage à ceux qui ont perdu leur emploi, ainsi que des subventions périodiques aux travailleurs indépendants, mais beaucoup ont déclaré que ces allocations étaient cruellement insuffisantes pour couvrir leurs besoins quotidiens et la flambée des dépenses.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...