Le frère du terroriste de la Gay Pride soupçonné de prévoir une attaque
Rechercher

Le frère du terroriste de la Gay Pride soupçonné de prévoir une attaque

D’autres membres de la famille ont été interdits d’être à Jérusalem dans un contexte très tendu de répression avant la marche de jeudi

Les participants de la Gay Pride à Jérusalem fuient l'homme au couteau, Yishai Schlissel, le 30 juillet 2015. (Crédit : Koby Shotz)
Les participants de la Gay Pride à Jérusalem fuient l'homme au couteau, Yishai Schlissel, le 30 juillet 2015. (Crédit : Koby Shotz)

Le frère d’un homme qui a mené une attaque mortelle pendant la Gay Pride de Jérusalem l’année dernière a été arrêté mercredi, car il aurait prévu une attaque pendant la marche annuelle, qui aura lieu jeudi, dans un contexte où la police réprimait toute menace possible contre la marche, un an après les violences mortelles.

Michael Schlissel a été arrêté sur la base de renseignements suggérant qu’il prévoyait d’attaquer la marche, selon des médias hébraïques.

Sa mère et quatre autres frères ont été interdits de la ville jusqu’à la fin de la parade, après avoir été interrogés par la police.

Pendant la marche de l’année dernière, Yishai Schlissel, un juif ultra-orthodoxe, avait poignardé plusieurs personnes, tué Shira Banki, 16 ans, et blessé six autres personnes.

Shira Banki, 16 ans, poignardée à mort le 30 juillet 2015 pendant la Gay Pride de Jérusalem. (Crédit : Facebook)
Shira Banki, 16 ans, poignardée à mort le 30 juillet 2015 pendant la Gay Pride de Jérusalem. (Crédit : Facebook)

Selon l’article, la police a demandé à la cour d’ordonner que Michael Schlissel reste en prison jusqu’à la fin de la parade.

Cette mesure intervient avant une manifestation très tendue, qui se déroulera dans le centre de Jérusalem jeudi après-midi, avec une forte sécurité.

La police a annoncé mardi qu’elle renforcerait la sécurité autour de la marche et n’autoriserait que les participants ayant subi un contrôle de sécurité.

Les responsables de la sécurité avaient été critiqués en 2015 pour ne pas avoir réussi à maintenir Schlissel à l’écart de la parade, alors qu’il venait d’être libéré de prison pour une attaque similaire mais non mortelle en 2005. Il avait alors poignardé trois personnes.

L’avocat de la famille Schlissel, Itamar Ben Gvir, a accusé la police d’aller trop loin en interdisant la ville aux membres de la famille.

« La police a admis […] que leur détention n’était pas fondée. C’est tout simplement un abus, parce qu’ils sont de la famille de Yishai Schlissel. »

Cependant, le père de Schlissel semblait soutenir cette mesure.

« Je fais confiance à la police pour faire tout ce qui doit être fait, a-t-il déclaré au site d’informations Walla, j’avais espéré que s’ils en avaient fait plus l’année dernière, alors peut-être que toute l’affaire aurait pu être évitée. »

L’année dernière, Schlissel avait tué Banki, 16 ans, pendant la Gay Pride de Jérusalem, et avait blessé 10 autres personnes. Il avait été libéré de prison quelques semaines avant la parade, après avoir purgé une peine de 10 ans pour son attaque de 2005.

Yishai Schlissel, qui a donné des raisons religieuses à son acte, a été condamné à perpétuité après le meurtre.

D’autres militants anti-homosexuels ont reçu des avertissements de la police ont été interdits d’être dans la ville.

L’Association pour les droits civiques a également condamné les actions de la police.

« Interdire à la famille Schlissel d’être à Jérusalem, passer des appels d’avertissements et exclure des militants qui s’opposent à la Gay Pride est une violation des droits de l’Homme et un abus d’autorité policière », a déclaré le groupe sur Twitter.

La police a également annoncé qu’un homme de 28 ans avait été placé en résidence surveillée après avoir exprimé des projets de suicide après la parade. Dans une lettre qu’il a écrite, il a mentionné une dispute avec le père de Shira Banki.

Les parents de Banki ont appelé le public à assister à la manifestation et à rendre honneur à la mémoire de leur fille en rejetant la violence.

« Après le meurtre de Shira, beaucoup de personnes ont déclaré que même si elles n’étaient pas d’accord avec le mode de vie des membres de la communauté LGBTQ, et qu’en plus elles s’opposaient au concept de Gay Pride à Jérusalem, elles ne pouvaient cependant pas accepter la violence comme démonstration légitime de leur désaccord », ont écrit Ori et Mika Banki sur Facebook.

« A toutes ces personnes, et tous ceux qui ressentent et pensent de cette manière ; nous nous attendons à vous voir à la marche cette année, et les années à venir », ont-ils écrit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...