Le gouvernement confine 30 villes avec des taux élevés d’infection
Rechercher

Le gouvernement confine 30 villes avec des taux élevés d’infection

La mesure devrait inclure une interdiction de s'éloigner à plus de 500 mètres de son domicile et la fermeture des transports publics, écoles et entreprises non essentielles

La police et les soldats israéliens ferment la Begin Road, proche de l'entrée de Ramat Gan à Tel Aviv, le 14 avril 2020 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
La police et les soldats israéliens ferment la Begin Road, proche de l'entrée de Ramat Gan à Tel Aviv, le 14 avril 2020 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Les ministres du cabinet ont voté jeudi en faveur du confinement de plus de 30 villes « rouges » qui ont un taux élevé d’infection au coronavirus, un jour après que les chiffres d’infection en Israël ont atteint un nouveau record de plus de 3 000 cas par jour.

Les membres du « cabinet coronavirus », un groupe limité de ministres, ont décidé que les mesures de verrouillage prendraient effet lundi.

Les restrictions en discussion pour les 30 municipalités comprenaient l’interdiction d’entrer et de sortir de ces villes, le maintien des résidents à moins de 500 mètres de leur domicile, l’arrêt des transports publics et la fermeture des entreprises non essentielles et de toutes les écoles, à l’exception des garderies et des programmes d’éducation spéciale.

Lors d’une conférence de presse tenue peu après la réunion du cabinet, Ronni Gamzu, visiblement bouleversé, a imploré le public de commencer à traiter la situation avec sérieux.

« C’est un message pour tout Israël : pas de mariage ! Pas de rassemblements de masse ! Pas de non-respect [des directives] dans aucun restaurant ni nulle part ailleurs », a-t-il exhorté, en élevant la voix. « Je suis désolé d’être émotif. C’est un moment crucial… Tout Israël est en guerre. Le nombre de malades qui passe de 2 000 à 3 000 en un jour devrait tous nous inquiéter. »

« Toute personne qui ne met pas de masque et qui ne respecte pas les instructions crache au visage des médecins et des infirmières qui travaillent 24 heures sur 24 dans les services coronavirus », a souligné M. Gamzu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a publié une déclaration vidéo confirmant la décision du cabinet coronavirus. Il a indiqué que bien que le taux de morbidité en Israël ait été « très élevé » au cours du mois dernier, il était resté relativement stable. Mais « ces derniers jours, une hausse a commencé et [il y a eu] une hausse très spectaculaire hier ».

Il a exhorté les Israéliens à coopérer avec les autorités « pour bloquer cette maladie ».

Les confinements devaient dépendre de la capacité de la police à consacrer suffisamment d’effectifs à l’application de la loi dans les 30 villes – sinon le nombre de villes confinées pourrait être réduit. Jeudi, le ministre de la Défense Benny Gantz a ordonné aux militaires de se préparer à envoyer des milliers de soldats pour aider la police.

Bien qu’il n’y ait pas encore de précisions officielles sur les villes qui seront confinées, les 30 villes et villages actuellement désignés comme « rouges » sont : Nazareth, Bnei Brak, Tibériade, Abu Snan, Umm al-Fahm, Elad, Aabalin, Buqata, Beit Jann, Jaljulya, Jatt, Daliyat al-Karmel, Zemer, Taibe, Tira, Kasra-Samia, Ka’abiyye-Tabbash-Hajajre, Kafr Bara, Kafr Kanna, Kafr Qassem, Lakiya, Sheikh Danun, Maale Iron, Ein Mahil, Assafiya, Arara, Fureidis, Qalansawe, Rechasim et Kfar Aza.

La plupart des villes sont essentiellement ultra-orthodoxes et arabes, deux segments de la population qui ont été durement touchés par le virus.

Des hommes juifs ultra-orthodoxes étudient la Torah en petits groupes « en capsule » à la yeshiva Ateret Shlomo dans la ville de Modiin Illit, le 24 août 2020. (Yossi Zeliger/Flash90)

Alors qu’un confinement national pendant la période des fêtes du Nouvel an juif débutant le 18 septembre devait être discuté lors de la réunion de jeudi du cabinet coronavirus, selon des informations, une décision ne devrait être prise que dans une semaine environ.

M. Gamzu a souligné que les taux d’infection dans les communautés arabes et ultra-orthodoxes étaient ceux qui le préoccupaient le plus, notant « un manque d’internalisation » par une partie de la population de la gravité de la situation.

Il a exhorté le public « à soutenir le gouvernement et le cabinet comme un tout, car il y a des décisions plus difficiles à prendre. Nous devrons… voir comment les choses se passeront dans les prochains jours ».

La Douzième chaine a rapporté que quelque 5 000 personnes avaient assisté à un mariage mercredi soir dans la ville arabe du nord de Shfaram.

Mais des mariages illégaux ont également été organisés par d’autres groupes. Haaretz a rapporté en début de semaine que des centaines de personnes avaient assisté au mariage illicite du fils de l’ambassadeur d’Israël en Chine, Zvi Hefetz.

Le professeur Ronni Gamzu s’exprime lors d’une conférence de presse au ministère de la Santé, le 23 juillet 2020. (Capture d’écran)

M. Gamzu a averti que si les communautés arabes et haredim étaient au « premier plan » de la « guerre », les cas se répandaient dans toutes les villes et aucune n’était à l’abri.

Les chiffres du ministère de la Santé publiés jeudi ont montré que le bilan national des décès depuis le début de la pandémie a été le plus élevé dans la capitale du pays : 149 des 976 morts étaient des résidents de Jérusalem. Viennent ensuite la ville ultra-orthodoxe de Bnei Brak, où 89 personnes sont mortes, Tel Aviv, où 64 personnes sont décédées, et Bat Yam, où 42 personnes ont succombé.

Un peu plus de 60 % des décès, soit 601, concernaient des personnes âgées de 70 à 90 ans, tandis que 194 étaient des patients âgés de 90 à 102 ans. Les décès dus au coronavirus entre 50 et 70 ans ont représenté 150 du total des décès, tandis que 20 personnes entre 30 et 50 ans sont décédées des suites du virus. Seuls cinq d’entre eux sont morts entre 5 et 19 ans.

Dans le même temps, un rapport séparé du Bureau central des statistiques a révélé que malgré les décès résultant de la pandémie, il n’y a pas eu de pic dans le taux de mortalité global en Israël entre janvier et juillet de cette année, par rapport à la même période au cours des cinq années précédentes.

Le ministère de la Santé a signalé plus de 3 000 nouveaux cas par jour mercredi, un record, ce qui semble contribuer à la mesure drastique décidée par les ministres.

Selon le nouveau site Ynet, les ministres ultra-orthodoxes Aryeh Deri, chef du parti Shas, et Yaakov Litzman, qui dirige YaHadut HaTorah, se sont tous deux opposés aux confinements locaux, affirmant qu’il s’agissait d’une approche de pansement plutôt que d’une véritable solution.

Toujours lors de la réunion du cabinet sur le coronavirus, jeudi, les ministres ont pris connaissance de recherches prédisant que les hôpitaux pourraient être débordés dans les deux semaines à venir en raison de l’augmentation du nombre de cas.

L’étude menée par des chercheurs de l’Université hébraïque de Jérusalem prévoit que le pays comptera 600 cas graves de Covid-19 à la mi-septembre, contre 426 mercredi, ce qui contraindrait les hôpitaux à faire face au pire scénario avec un épuisement des ressources.

L’étude a noté que les politiques de santé du gouvernement cet été n’avaient pas réussi à réduire le nombre de cas quotidiens.

Les Israéliens portent des masques de protection à Tel Aviv, le 26 août 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Jeudi, les directeurs d’hôpitaux ont également tiré la sonnette d’alarme sur une éventuelle surcharge, tout en avertissant que les soins aux patients souffrant de maladies autres que le Covid-19 pourraient être compromis.

Le pic de cas est survenu deux jours seulement après la rentrée scolaire de 2,4 millions d’enfants israéliens, et deux semaines avant le début de Rosh HaShanah.

Les écoles et les synagogues ont été désignées comme vecteurs du virus au cours des premiers mois de la pandémie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...