Le grand rabbin séfarade dénigre les Juifs réformés : « Ils ne sont rien »
Rechercher

Le grand rabbin séfarade dénigre les Juifs réformés : « Ils ne sont rien »

Yitzhak Yosef a attaqué le judaïsme réformé suite à la décision de la Haute Cour reconnaissant leurs conversions ; les mariages avec ces convertis sont invalides

Le grand rabbin séfarade Yitzhak Yosef assiste à la vente traditionnelle du hametz (nourriture contenant du levain) de l'État d'Israël à un non-juif avant la prochaine fête de Pessah, le 29 mars 2018. (Miriam Alster/Flash90)
Le grand rabbin séfarade Yitzhak Yosef assiste à la vente traditionnelle du hametz (nourriture contenant du levain) de l'État d'Israël à un non-juif avant la prochaine fête de Pessah, le 29 mars 2018. (Miriam Alster/Flash90)

Le grand rabbin séfarade d’Israël, Yitzhak Yosef, a dénigré le mouvement réformé suite à une décision de la Cour suprême la semaine dernière reconnaissant les conversions des mouvements réformé et massorti effectuées en Israël.

« Que représente une conversion des Réformés ? Ce n’est pas juif », a déclaré Yosef dans une vidéo diffusée par les médias israéliens samedi.

« Si un converti réformé se présente à moi après avoir épousé une femme juive, pour divorcer, je la renverrai sans prononcer le divorce. Elle n’a pas besoin de divorce, le mariage n’est pas valable », a-t-il déclaré.

Les juifs réformés et massorti « n’ont rien, pas de mitzvoth ni rien d’autre », a-t-il déclaré.

Le grand rabbin Yosef a fait ces commentaires cette semaine lors d’un cours hebdomadaire dans une synagogue de Jérusalem, selon Kikar Hashabbat, un site d’information ultra-orthodoxe.

La décision de la Cour suprême, qui a fait l’effet d’une bombe la semaine dernière, reconnaît les conversions des mouvements juifs libéraux effectuées en Israël et a déclenché un tollé dans la communauté ultra-orthodoxe.

La décision exige qu’Israël accorde la citoyenneté à ceux qui, dans le pays, se convertissent au judaïsme sous des auspices non orthodoxes. Elle n’aura que peu d’effet sur le terrain, mais entame le contrôle du rabbinat à dominance ultra-orthodoxe sur les conversions dans le pays.

Les dirigeants ultra-orthodoxes ne considèrent pas le mouvement réformé comme une forme authentique de judaïsme et ne reconnaissent pas les rabbins réformés.

Les attaques contre les Juifs réformés par les dirigeants israéliens ultra-orthodoxes, ou Haredi, ne sont pas nouvelles. L’une des principales priorités des politiciens Haredi au cours des dernières décennies a été de préserver le monopole des rabbins orthodoxes sur les cérémonies religieuses officielles en Israël et d’empêcher le gouvernement de reconnaître les mouvements juifs libéraux – réformés et massorti – qui constituent la majorité des Juifs américains.

Le grand rabbin Yosef est connu pour ses propos provocateurs, notamment contre le judaïsme réformé, les femmes, la Cour suprême de justice et les Noirs.

Il a qualifié les synagogues réformées de « forme d’idolâtrie » et a déclaré que le mouvement « falsifiait la Torah » ; il a laissé entendre que les femmes laïques se comportaient comme des animaux en raison de leur tenue immodeste ; et il a remis en question l’autorité de la Cour suprême sur les décisions relatives à la religion, tout en jurant d’ignorer ses décisions.

L’année dernière, le grand rabbin Yosef a suscité l’indignation du public après avoir mis en doute la judaïcité des immigrants de l’ex-Union soviétique. En 2018, Yosef a été critiqué pour avoir comparé les Noirs à des singes lors de son sermon hebdomadaire, un commentaire qui a conduit à des appels à une enquête pénale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...