Le guide suprême iranien ironise sur les Etats-Unis après Charlottesville
Rechercher

Le guide suprême iranien ironise sur les Etats-Unis après Charlottesville

Téhéran a rejeté les critiques envers l'Iran contenues dans un rapport américain sur la liberté religieuse, affirmant qu'elles étaient "hypocrites", de la part d'un pays où existe "la discrimination"

L'Ayatollah Ali Khamenei à l'occasion d'un discours à la nation à l'occasion de Noruz, le Nouvel An iranien, à Téhéran, le 20 mars 2014. (Crédit : bureau du Guide suprême/AFP)
L'Ayatollah Ali Khamenei à l'occasion d'un discours à la nation à l'occasion de Noruz, le Nouvel An iranien, à Téhéran, le 20 mars 2014. (Crédit : bureau du Guide suprême/AFP)

Le guide suprême iranien Ali Khamenei, dont le pays est régulièrement critiqué par le président américain Donald Trump, a conseillé mercredi aux Etats-Unis de s’attaquer au problème du mouvement de la suprématie blanche plutôt que de se mêler des affaires d’autres pays.

« Si les Etats-Unis ont un quelconque pouvoir, ils feraient mieux de gérer leur pays et de s’attaquer aux adeptes de la suprématie blanche plutôt que de se mêler des affaires d’autres nations. #Charlottesville », a écrit l’ayatollah Khamenei sur son compte Twitter officiel.

Donald Trump était dans la tourmente mercredi après avoir affirmé que « les deux côtés » étaient responsables des violences qui ont secoué Charlottesville, petite ville de l’Etat de Virginie où une manifestante antiraciste a été tuée par un sympathisant néo-nazi.

Les violences raciales et la division croissante de la société américaine sont régulièrement évoquées par les dirigeants iraniens pour relativiser les critiques américaines à l’égard de la République islamique et montrer du doigt l’ennemi historique.

Plus tôt dans la journée de mercredi, Téhéran a rejeté les critiques envers l’Iran contenues dans un rapport américain sur la liberté religieuse, affirmant qu’elles étaient « infondées », « biaisées » et hypocrites de la part d’un pays où existent « l’islamophobie, la discrimination et la xénophobie ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...