Israël en guerre - Jour 146

Rechercher

Le Hezbollah aurait proposé une guerre totale, mais le Hamas aurait décliné

Nawaf Musawi a rapporté que le groupe terroriste palestinien ne pense pas qu'ouvrir un front majeur à la frontière nord arrêtera l'opération militaire en cours dans Gaza

Illustration : De la fumée s'élevant près d'un avant-poste israélien à cause des roquettes tirées par le Hezbollah, sur une photo prise depuis le village de Tayr Harfa, au sud du Liban, près de la frontière avec Israël, le 15 décembre 2023. (Crédit : AFP)
Illustration : De la fumée s'élevant près d'un avant-poste israélien à cause des roquettes tirées par le Hezbollah, sur une photo prise depuis le village de Tayr Harfa, au sud du Liban, près de la frontière avec Israël, le 15 décembre 2023. (Crédit : AFP)

Un haut responsable du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, Nawaf Musawi, a indiqué samedi que le groupe terroriste du Hamas pense qu’un autre front majeur à la frontière nord n’arrêterait pas l’incursion de l’armée israélienne dans la bande de Gaza.

« Nous avons demandé à nos frères de Gaza ce que nous pouvions faire. Si nous lancions une guerre totale au Liban, cela arrêterait-il la guerre dans la bande de Gaza ? Cela mettrait-il fin à la guerre dans la bande de Gaza ou pas ? », a déclaré Musawi à la chaîne de télévision libanaise al-Manar.

« Leur réponse a été ‘non, cela ne l’arrêterait pas, la guerre à Gaza ne se terminera pas, seulement avec la victoire d’Israël à l’intérieur de Gaza' », a-t-il ajouté.

La zone frontalière entre le Liban et Israël est le théâtre d’une escalade des échanges de tirs depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, le 7 octobre, au cours duquel des milliers de terroristes ont fait irruption en Israël depuis Gaza, tuant 1 200 personnes et en enlevant plus de 240, pour la plupart des civils.

Depuis cette date, les terroristes chiites libanais ont attaqué presque quotidiennement des communautés israéliennes et des postes militaires le long de la frontière, le Hezbollah affirmant qu’il exprime par ce biais son soutien au Hamas dans le cadre de la guerre actuelle dans la bande de Gaza.

Les échanges de tirs quotidiens avec le Hezbollah et les groupes palestiniens alliés font craindre une conflagration plus large. Des dizaines de milliers d’Israéliens ont été évacués des villes frontalières du nord, qui ont été prises pour cible à plusieurs reprises par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

Jusqu’à présent, les affrontements à la frontière ont causé la mort de quatre civils du côté israélien, ainsi que celle de huit soldats de Tsahal. Il y a également eu un certain nombre de tirs de roquettes en provenance de Syrie, qui n’ont pas fait de blessés.

Du côté libanais, plus de 140 personnes ont été tuées, selon un décompte de l’AFP. Ce bilan comprend au moins 118 terroristes du Hezbollah, dont certains ont été tués en Syrie, 16 terroristes palestiniens, un soldat libanais et au moins 17 civils, dont trois journalistes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.