Le Likud perd des voix dans ses bastions traditionnels
Rechercher

Le Likud perd des voix dans ses bastions traditionnels

Baisse du vote en faveur du parti du Premier ministre dans les petites villes où il dominait auparavant et dans les grandes métropoles : 285 000 voix de moins que l’an dernier

Affiche de campagne du Likud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 21 mars 2021. (Crédit : Shir Torem / Flash90)
Affiche de campagne du Likud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 21 mars 2021. (Crédit : Shir Torem / Flash90)

La popularité du Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu a considérablement baissé dans ses bastions traditionnels lors des élections nationales de mardi, au cours desquelles le Premier ministre et ses alliés religieux, de droite et d’extrême droite n’ont pas atteint la majorité pour la quatrième fois en deux ans.

Selon les résultats définitifs publiés jeudi, le Likud a obtenu 1 066 595 voix aux élections du 23 mars, soit 30 sièges, ce qui en fait le parti le plus important de la Knesset.

Ce chiffre accuse néanmoins une forte baisse par rapport aux élections précédentes de mars 2020, où le Likud avait obtenu 1 352 449 votes, un record pour un parti politique israélien. Ces votes lui avaient assuré 36 sièges à la Knesset, le meilleur résultat jamais obtenu par le Likud sous la direction de Netanyahu.

À Ashkelon, où le Likud avait obtenu 34 677 voix en mars dernier, soit 48,1 % des suffrages exprimés dans cette ville côtière du sud, le nombre de voix pour ce parti est tombé à 27 103 cette fois-ci, soit 40,02 % du total.

Sderot, la ville voisine de la bande de Gaza régulièrement visée par les roquettes du Hamas, connaît également une baisse de soutien au Likud, le nombre de voix passant de 6 861 l’année dernière (51,15 %) à 5 228 mardi (41,16 %).

Un phénomène similaire a été observé dans la ville septentrionale de Migdal HaEmek, où le Likud n’a recueilli cette semaine que 4 873 voix (37,98 %), contre 6 093 voix (45,33 %) l’an dernier.

Ces cas sont représentatifs de la popularité du parti dans de nombreuses autres petites villes.

Des partisans du Likud à Jérusalem, le 21 mars 2021. (Crédit : Shir Torem / Flash90)

Le Likud a également perdu de sa popularité dans les grandes villes, le nombre de votes à Jérusalem est tombé de 72 601 à 51 237, à Tel Aviv de 58 363 à 44 573, à Haïfa de 38 464 à 29 269 et à Beer Sheva de 49 801 à 38 604.

Un reportage publié jeudi montrent des membres du Likud, « choqués » par les résultats des élections, critiquant des responsables pour sa baisse de popularité.

Selon Kan News, certains députés du Likud fustigent le député Shlomo Karhi, vice-président de la commission électorale du parti, en charge des représentants dans les bureaux de vote.

Le député du Likud Shlomo Karhi lors d’une réunion de la commission de la Knesset, le 13 janvier 2020. (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

« Vous n’avez pas été à la hauteur », aurait dit Netanyahu à Karhi.

Le reportage indique que des responsables du Likud estiment que d’anciens sympathisants sont simplement restés chez eux lors de cette élection – bien qu’il soit aussi possible qu’ils aient voté pour d’autres partis.

Karhi a déclaré à Kan qu’il bénéficiait du « soutien total » de Netanyahu et a accusé ceux qui le critiquaient d’être « jaloux » et de « prendre leurs rêves pour des réalités ».

Jeudi, tous les bulletins de vote ayant été comptés, les partisans de Netanyahu issus de la droite et des partis religieux disposaient de 52 sièges, tandis que les partis opposés au Premier ministre en comptaient 57. Le parti de droite Yamina (7 sièges) et le parti islamique Raam (4 sièges), ne se sont engagés dans aucun des deux camps.

Netanyahu aurait besoin de ces deux partis pour obtenir une faible majorité, mais la coopération entre l’extrême droite et les islamistes de Raam semble pratiquement impossible.

Parallèlement, une possible « coalition du changement » composée de Yesh Atid, Kakhol Lavan, Yamina, Yisrael Beytenu, Avoda, Nouvel Espoir et Meretz n’obtiendrait que 58 sièges – donc il lui manque également trois sièges pour l’obtention d’une majorité.

Si ni le Premier ministre ni ses opposants politiques ne parviennent à former une coalition gouvernementale, l’impasse politique risque de se poursuivre, peut-être vers une cinquième élection.

Les résultats officiels des élections seront présentés au président Reuven Rivlin mercredi prochain. La Commission centrale électorale a déclaré qu’il y avait une possibilité de changement jusque-là – mais cela semble peu probable.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...