Rechercher

Le maire adjoint d’Umm al-Fahm agressé à son domicile

Un habitant de la région, âgé de 62 ans, et ses deux fils sont soupçonnés d'avoir attaqué Zaki Agbaria ; une enquête a été ouverte

Zaki Agbaria, maire adjoint d'Umm al-Fahm sur une photo non datée. (Crédit : Autorisation)
Zaki Agbaria, maire adjoint d'Umm al-Fahm sur une photo non datée. (Crédit : Autorisation)

Zaki Agbaria, maire adjoint d’Umm al-Fahm, a été agressé à son domicile samedi par trois inconnus.

Selon la police, trois agresseurs – un résident de la ville âgé de 62 ans et ses deux fils, tous deux âgés d’une trentaine d’années – se sont présentés au domicile de Agbaria et l’ont agressé à coups de bâton.

Le maire adjoint, qui est également ingénieur de la ville, a été légèrement blessé mais n’a pas eu besoin de soins.

Ses quatre fils, âgés d’une vingtaine d’années, ont réussi à repousser les assaillants. Ils ont également été blessés lors de l’altercation et ont été emmenés à l’hôpital Hillel Yaffe de Hadera pour y être soignés.

La police a déclaré que l’attaque était liée au mécontentement des assaillants à l’égard d’une décision prise par la municipalité d’Agbaria.

Le suspect et l’un de ses fils ont été arrêtés, a déclaré la police, ajoutant que le second fils serait arrêté ultérieurement.

Umm al-Fahm dans le nord d’Israël. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Dans une publication parue sur Facebook, la municipalité d’Umm al-Fahm a déclaré qu’elle considérait l’agression présumée comme un « franchissement totalement inacceptable d’une ligne rouge, qui n’est pas représentatif des habitants de la ville. »

« La municipalité ne restera pas les bras croisés suite à cette attaque lâche et appliquera la loi à ceux qui attaquent les élus », a-t-elle ajouté.

La police a ouvert une enquête, mais n’a pas encore fourni de détails sur l’affaire.

Les communautés arabes ont connu une recrudescence de la violence ces dernières années. Beaucoup accusent la police, qui, selon eux, ne parvient pas à sévir contre les puissantes organisations criminelles et ignore en grande partie les violences, qui comprennent des conflits familiaux, des guerres de territoire mafieuses et des violences contre les femmes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...