Le maire de Lod fait irruption dans une mosquée et demande l’arrêt des prières
Rechercher

Le maire de Lod fait irruption dans une mosquée et demande l’arrêt des prières

Selon la police, la confrontation de Yair Revivo avec les fidèles musulmans ne vise qu’à marquer des points auprès des électeurs juifs de la ville mixte

Yair Revivo, à droite, le maire de Lod, crie sur les fidèles musulmans d'une mosquée de la ville pour qu'ils arrêtent les prières, diffusées par haut-parleurs, le 1er septembre 2017. (Crédit : capture d'écran)
Yair Revivo, à droite, le maire de Lod, crie sur les fidèles musulmans d'une mosquée de la ville pour qu'ils arrêtent les prières, diffusées par haut-parleurs, le 1er septembre 2017. (Crédit : capture d'écran)

Yair Revivo, le maire de Lod, est entré vendredi matin tôt dans une mosquée de sa ville pour demander que l’imam menant les prières cesse d’utiliser un système de haut-parleur, ce qui a entraîné une dispute entre le maire juif et les fidèles musulmans de la mosquée de la ville mixte du centre d’Israël.

Selon un article publié par Haaretz, Revivo s’est plaint auprès de la police du bruit excessif provenant de la mosquée, et il lui a été demandé de ne pas entrer dans la mosquée avant que les policiers n’arrivent sur place.

Revivo n’a pas écouté cet avertissement et est entré dans la mosquée Dahmash pour demander l’arrêt des prières. Une dispute a éclaté entre le maire et les fidèles. Les policiers arrivés sur place ont séparé les deux parties.

Une courte vidéo de l’incident montre le maire criant aux fidèles d’ « arrêter les prières » à l’entrée de la mosquée, pendant qu’un policier entre pour évaluer la situation.

En remarquant qu’il est filmé, Revivo tente de saisir le téléphone portable de la personne qui enregistre les évènements.

Le député Ayman Odeh, dirigeant de la Liste arabe unie, a publié la vidéo sur Twitter avec un bref message, dans lequel il accuse le gouvernement d’être responsable du comportement de Revivo.

« Le maire de Lod, Yair Revivo, est arrivé avec la police à la mosquée pendant la prière de fête, et a tenté d’interrompre la prière. Ce gouvernement a même ruiné le minimum de respect des fêtes », a écrit Odeh.

La police, citée par Haaretz, a dit qu’il avait été « demandé [à Revivo] d’attendre l’arrivée de la police et de ne pas entrer [dans la mosquée], mais il a choisi d’entrer avec ses hommes […] et une altercation a commencé entre lui et les fidèles. »

Revivo avait contacté la police ces derniers jours pour se plaindre que les imams des mosquées de la ville comptaient faire des sermons le soir tard et le matin avant l’aube, selon Haaretz. La police a demandé aux imams du pays de ne pas dépasser les niveaux sonores établis dans les lois israéliennes contre la pollution sonore.

La police a indiqué qu’elle était parvenue à un accord avec les imams : les prières pourraient être diffusées par haut-parleurs, mais pas les longs sermons.

Vendredi, à 5h30 du matin, Revivo a appelé la police, disant qu’il était devant la mosquée Dahmash et que l’imam en violait l’accord et utilisait le système de haut-parleurs de la mosquée pour un sermon. Revivo a indiqué qu’il comptait entrer dans la mosquée avec son adjoint et chef de la sécurité pour demander l’arrêt de la prière.

La police a demandé à Revivo de rester dehors puisque l’imam entonnait une prière, et non un sermon. Revivo, selon Haaretz, a été informé que le vice-commandant de la police de Lod était en chemin pour la mosquée, mais Revivo est néanmoins entré.

Haaretz a indiqué que la police avait dit que Revivo tentait de provoquer et de créer des tensions avant la fête musulmane de l’Aïd al-Adha, apparemment pour tenter de marquer des points auprès de l’électorat juif de Lod.

Aucune plainte n’a été déposée contre Revivo, et l’imam a été convoqué au poste de police pour être interrogé sur ces allégations de pollution sonore illégale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...