Israël en guerre - Jour 141

Rechercher

Le ministre des Finances défend la Banque centrale d’Israël

Bezalel Smotrich a réagi après que le ministre des Affaires étrangères et le député David Bitan ont critiqué la décision d'augmenter à nouveau le taux d'intérêt de référence

Le ministre des Finances et chef du parti HaTzionout HaDatit, Bezalel Smotrich, s'exprimant lors d'une conférence de son parti, à Jérusalem, le 19 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Finances et chef du parti HaTzionout HaDatit, Bezalel Smotrich, s'exprimant lors d'une conférence de son parti, à Jérusalem, le 19 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, a défendu lundi la Banque d’Israël contre les critiques de l’intérieur du gouvernement concernant sa décision d’augmenter le taux d’intérêt de référence à son plus haut niveau depuis 2008, alors que la Banque centrale lutte pour contenir la hausse de l’inflation et l’affaiblissement du shekel.

« L’indépendance de la Banque centrale d’Israël est fondamentale pour notre économie forte et innovante. En tant que ministre des Finances, je m’oppose fermement aux déclarations populistes qui menacent l’indépendance de la Banque d’Israël », a écrit Smotrich, en anglais et en hébreu, sur Twitter.

« En tant que gouvernement, nous présenterons un budget qui investit massivement dans les infrastructures pour la croissance économique, ainsi qu’un ensemble d’aides pour ceux qui sont vraiment dans le besoin », a-t-il ajouté.

La déclaration en hébreu reconnaît également que la hausse des taux « rend la situation difficile pour de nombreux ménages ».

Smotrich a publié ses déclarations après que le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, et le député David Bitan (Likud), ont critiqué la décision de la Banque, lundi, de relever le taux de 50 points de base pour le porter à 4,25 %.

La réprimande publique de ses collègues en anglais visait probablement à rassurer les investisseurs étrangers et les agences de notation qui sont déjà inquiets de l’impact de la refonte judiciaire prévue sur l’économie et qui ne verraient pas d’un bon œil une interférence politique dans la politique monétaire de la Banque centrale.

Cette décision est intervenue après une accélération inattendue de l’inflation en janvier, dans un contexte de croissance économique robuste, et alors que l’incertitude quant aux répercussions des changements proposés dans le système judiciaire israélien a entraîné un affaiblissement du shekel. La monnaie locale s’est affaiblie d’environ 3 % par rapport au dollar jusqu’à présent au mois de février.

Le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, arrivant au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 29 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« J’ai demandé à mon ami, le ministre des Finances Bezalel Smotrich, de mettre en place un plan avec le gouverneur de la Banque d’Israël pour arrêter la hausse des taux d’intérêt », a écrit Cohen sur Twitter.

Affirmant que l’inflation était en train de se modérer, Cohen a fait valoir que « rien ne justifiait une augmentation du taux d’intérêt aujourd’hui », ce qui, selon lui, conduirait à de nouveaux « abus » des Israéliens ayant contracté des prêts immobiliers.

Bitan, président de la commission des Affaires économiques de la Knesset, a appelé le gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, à freiner les hausses de taux d’intérêt, « même si cela doit prolonger la baisse de l’inflation… le public n’est pas prêt à relever le défi ».

« Le coût de la vie est en train de monter en flèche. [Avec la politique actuelle], nous pouvons vaincre l’inflation, mais les citoyens d’Israël seront les victimes collatérales », a déclaré Bitan.

Malgré les hausses régulières des taux d’intérêt de la Banque d’Israël au cours des derniers mois, l’indice des prix à la consommation (IPC), une mesure de l’inflation qui suit le coût moyen des biens ménagers, a augmenté de 0,3 % en janvier, portant la hausse annuelle sur les 12 mois précédents à 5,4 %, le niveau le plus élevé depuis 2008, selon les données publiées par le Bureau central des statistiques (CBS) le 15 février. Les économistes s’attendaient à ce que les chiffres de janvier s’établissent à 0,1 % tout au plus.

L’économie israélienne a connu une croissance de 6,5 % en 2022, soit un rythme plus lent que la rapide expansion de 8,6 % enregistrée en 2021, a indiqué jeudi le CBS. Le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 5,8 % en données corrigées des variations saisonnières et annualisées au quatrième trimestre de 2022, dépassant les attentes des analystes. En 2022, la croissance moyenne des pays de l’OCDE a été de 2,8 %.

Ces dernières semaines, les investisseurs ont fait part de leur crainte que le projet de refonte judiciaire actuellement avancé par le gouvernement pour réduire le pouvoir des tribunaux n’affaiblisse le système judiciaire israélien et n’ait un impact négatif sur sa cote de crédit, ce qui nuirait à l’économie prospère du pays, à sa monnaie locale et déclencherait le début d’une sortie de fonds du pays.

Des Israéliens retirant de l’argent à des distributeurs automatiques à Jérusalem, le 22 février 2018. (Crédit : Dario Sanchez/Flash90)

Certaines entreprises et start-ups locales ont déjà commencé à retirer leur argent, à la demande de leurs investisseurs étrangers, pour minimiser les risques et couvrir leurs actifs avant que les projets de loi ne soient approuvés.

« Si le gouvernement continue à faire avancer la législation dans sa forme actuelle, la pression sur le taux de change [du shekel] augmentera et devrait conduire à une augmentation de l’environnement inflationniste qui soutient un cycle plus long de hausse des taux d’intérêt », a écrit Rafi Gozlan, économiste en chef de la maison d’investissement IBI, dans une note aux investisseurs lundi.

Le gouverneur de la Banque d’Israël, Yaron, a également abordé les réformes judiciaires imminentes, déclarant lundi à la chaîne publique israélienne Kan qu’une Banque d’Israël indépendante est « cruciale » pour l’économie du pays.

Sharon Wrobel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.