Rechercher

Le panel anti-israélien d’une conférence juridique d’ABILA à New York dénoncé

Une centaine de professionnels et de responsables communautaires ont dénoncé le parti pris anti-israélien à l'événement auquel participait Omar Shakir, de l’ONG Human Rights Watch

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Omar Shakir, citoyen américain et directeur du  bureau Israël-Palestine au sein de Human Rights Watch, à l'entrée du hall des départs de l'aéroport Ben Gurion après son expulsion d'Israël, le 25 novembre 2019. (Crédit :JACK GUEZ / AFP)
Omar Shakir, citoyen américain et directeur du bureau Israël-Palestine au sein de Human Rights Watch, à l'entrée du hall des départs de l'aéroport Ben Gurion après son expulsion d'Israël, le 25 novembre 2019. (Crédit :JACK GUEZ / AFP)

NEW YORK – Les défenseurs d’Israël ont décrié un panel consacré aux lois de l’apartheid lors d’une conférence juridique à New York ce week-end comme une attaque « unilatérale » contre l’État juif.

Le panel de samedi à la conférence International Law Weekend, intitulé « Le racisme et le crime d’apartheid dans le droit international », comprend plusieurs critiques virulents d’Israël.

La conférence se déroule dans le cadre de la réunion annuelle de la branche américaine de l’Association de droit international (ABILA) à l’université Fordham de New York.

Parmi les panélistes se trouvait Omar Shakir, le directeur de Human Rights Watch pour Israël et la Palestine. Shakir et son organisation sont des critiques virulents d’Israël, et il a été expulsé en 2019 pour son soutien présumé au mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS).

Près de 100 professionnels et dirigeants communautaires juifs ont envoyé une lettre à deux cabinets d’avocats réputés qui parrainent la conférence, les exhortant à se retirer de l’événement.

L’événement sur les lois de l’apartheid « est prévu pour présenter un panel clairement unilatéral et anti-israélien », indiquait la lettre envoyée jeudi, exhortant les cabinets à « dissocier [leurs] institutions de cet événement manifestement biaisé ».

« Le panel n’a jamais été conçu pour permettre une étude sérieuse d’un domaine du droit non résolu, mais a plutôt été conçu pour servir d’occasion pour diaboliser l’État juif », ajoute la lettre, rédigée à l’initiative de CAMERA, un groupe de défense des droits.

Une description initiale de l’événement par ABILA soulignait « l’oppression systématique des Palestiniens par les autorités israéliennes », le traitement des musulmans rohingyas par le Myanmar et la persécution des Ouïghours par la Chine.

Suite aux critiques formulées contre ABILA, le texte a été révisé et les trois références ont été supprimées. Par souci d’équilibre, le groupe a ajouté au panel un orateur qui est favorable à Israël, mais les quatre autres panélistes ont déjà condamné par le passé, accusant Israël de pratiquer l’apartheid et pour son oppression systématique.

« C’est une insulte à l’intelligence de la population que de suggérer que ce changement de dernière minute a créé un semblant d’équilibre », indique la lettre adressée aux cabinets d’avocats.

Des militants anti-Israël et pro-Palestiniens à New York, le 15 mai 2021. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

« Après mûre réflexion, nous avons pris la décision, lors de la finalisation du panel, d’ajouter des intervenants supplémentaires pour apaiser toute crainte que la discussion soit unilatérale », a déclaré ABILA dans un communiqué.

« ABILA a une longue histoire de parrainage de panels et d’intervenants controversés, et notre engagement en faveur d’un débat ouvert reste inchangé. Les panels ne reflètent en aucun cas les opinions de la branche ou de l’une de nos organisations de parrainage, et ABILA ne s’engage pas dans la censure académique », a déclaré le groupe.

L’organisation a déclaré qu’elle accueillait « des discussions larges et animées » et a abordé ces dernières années des sujets controversés, notamment la torture pratiquée par les États-Unis à Guantanamo Bay, la guerre civile en Syrie, l’invasion de l’Ukraine par la Russie et l’utilisation de drones dans la guerre.

Les deux cabinets d’avocats cités dans la lettre de protestation sont les principaux sponsors de l’événement, White & Case LLP et Debevoise & Plimpton LLP.

Basé à New York, White & Case est un cabinet d’avocats international important qui possède des bureaux dans le monde entier.

Un porte-parole du cabinet d’avocats a déclaré qu’il parrainait la conférence depuis plusieurs années, à l’instar de nombreux autres cabinets et écoles d’avocats.

Il a précisé que la conférence comptait plus de 30 panels et discussions sur un éventail de sujets, et a ajouté que White & Case n’était pas impliqué dans les décisions relatives à la programmation, ni même consulté à ce sujet, et a exprimé son inquiétude quant à l’événement sur l’apartheid.

« Nous attendons de tout événement soutenu par notre cabinet que les points de vue présentés se situent dans une fourchette non extrémiste et bien équilibrée. Selon nous, le panel présenté ce samedi, intitulé ‘Le racisme et le crime d’apartheid dans le droit international’, ne répondait pas à ces critères, et nous avons fait part de notre point de vue aux organisateurs de l’événement », a déclaré le porte-parole.

Parmi les autres sponsors importants de la conférence figurent la Columbia Law School, Georgetown Law, Harvard Law School, la section de droit international de l’American Bar Association et la Cardozo School of Law de Yeshiva University.

White & Case a également été engagé par la société d’investissement qui pèse plusieurs milliards de dollars, Morningstar, pour enquêter sur les allégations de partialité anti-israélienne de l’une de ses filiales.

Morningstar a subi de fortes pressions de la part de représentants de l’État républicain et des partisans d’Israël sur cette question, mais a nié tout soutien à BDS et a engagé White & Case en tant qu’enquêteur tiers.

Le rapport du cabinet d’avocats n’a pas trouvé de preuves que la filiale de Morningstar, Sustainalytics, recommandait un désinvestissement d’Israël ou faisait preuve d’un parti pris systématique contre l’État juif, mais a signalé un certain parti pris dans la surreprésentation des entreprises liées au conflit israélo-palestinien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...