Le Panthéon, une « déchetterie casher » : un an ferme requis contre Soral
Rechercher

Le Panthéon, une « déchetterie casher » : un an ferme requis contre Soral

"On a toute la famille Veil qui vient d'y rentrer, et puis là ils veulent peut-être presque nous mettre Lanzmann", a déclaré l'essayiste dans une vidéo sur son site internet

Des photos de la femme politique et survivante de la Shoah devant le Panthéon, avant l'arrivée des cercueils d'Antoine et Simone Veil, le 1er juillet 2018. (Crédit : AFP PHOTO / POOL / LUDOVIC MARIN)
Des photos de la femme politique et survivante de la Shoah devant le Panthéon, avant l'arrivée des cercueils d'Antoine et Simone Veil, le 1er juillet 2018. (Crédit : AFP PHOTO / POOL / LUDOVIC MARIN)

Un an de prison ferme a été requis mercredi à Paris, à l’encontre de l’essayiste d’extrême droite Alain Bonnet, dit Soral, pour avoir qualifié le Panthéon de « déchetterie casher » dans une vidéo postée en juillet dernier sur son site internet.

Alain Soral, 60 ans, qui n’était pas présent à l’audience était jugé pour « injure publique à caractère antisémite et pour provocation publique à la haine ».

« On a toute la famille Veil qui vient d’y rentrer, et puis là ils veulent peut-être presque nous mettre Lanzmann » (ancien résistant et réalisateur du documentaire Shoah), avait déclaré Soral sur son compte Youtube Egalité et Réconciliation après l’inhumation de Simone Veil et de son époux Antoine au Panthéon, le 1er juillet dernier.

Alain Soral a « des propos qui sont l’expression de la haine », a résumé le représentant de l’accusation.

Alain Soral. (Crédit : Archives INA via YouTube)

« Les propos de Soral sont de la provocation, pas des actes appelant à la violence » qui seraient « discriminatoires », a plaidé son avocat Me Damien Viguier, en reprenant longuement les thèses de son client.

Au sujet du terme « déchetterie », l’avocat a suscité l’indignation des parties civiles en faisant un lien entre les corps entreposés au Panthéon et les « cadavres » d’enfants résultant selon lui des avortements légalisés par Simone Veil.

« Aujourd’hui, Soral c’est la marque de l’antisémitisme. Soral est devenu synonyme d’antisémite professionnel » a affirmé Me Stéphane Lilti, avocat de l’association « J’ACCUSE! », qui s’était constitué partie civile, avec SOS Racisme et la Licra.

En janvier, Soral avait déjà été condamné à un an de prison ferme, sans mandat d’arrêt, pour avoir injurié une magistrate et tenu des propos antisémites sur son site internet.

Le 15 avril, l’essayiste avait été condamné à un an ferme pour négationnisme dans une affaire distincte. Le tribunal correctionnel avait alors ordonné un mandat d’arrêt contre lui, que le parquet avait refusé d’exécuter estimant qu’il n’avait pas de base légale.

Alain Soral, a déjà été condamné à plusieurs reprises, notamment pour provocation à la haine raciale.

La décision sera rendue le 2 octobre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...