Netanyahu autorisé de justesse à agrandir le cabinet
Rechercher

Netanyahu autorisé de justesse à agrandir le cabinet

Les 120 députés étaient présents à l’assemblée pour ce vote approuvé à 61 voix contre 59, le projet de loi doit être adopté en deuxième et troisième lecture

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la session d'ouverture de la 20e Knesset, le 31 mars 2015 (Crédit : Nati Shohat / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la session d'ouverture de la 20e Knesset, le 31 mars 2015 (Crédit : Nati Shohat / Flash90)

Lundi soir, la Knesset a voté à une très courte majorité la première lecture du projet de loi qui autoriserait le Premier ministre Benjamin Netanyahu à nommer plus de 18 ministres dans son cabinet.

Les 120 députés étaient présents à la Knesset lors du vote qui a approuvé le projet de 61 voix contre 59. L’opposition, qui avait auparavant promis de faire de l’obstruction parlementaire pour bloquer les votants, a tenu un débat féroce pendant cinq heures avant que le président de la Knesset Yuli Edelstein, membre de Likud, insiste pour que le vote ait lieu.

Les membres de la Knesset étaient appelés à se prononcer sur une propostion visant à suspendre l’application d’un précédent amendement à une loi constitutionnelle qui limitait le nombre de ministre du gouvernement à 18.

L’amendement à la Loi basique du gouvernement a été voté lors du dernier gouvernement, limitant effectivement le cabinet à 19 membres, y compris le Premier ministre, plus quatre ministres adjoints. Cela avait été présenté à l’époque comme une réforme majeure.

Netanyahu a déclaré qu’il voulait augmenter le cabinet de deux ministres et de quatres ministres assistants.

Retarder la mise en place de la limite de 18 ministres permettrait au Premier minisTre de distribuer des portefeuilles supplémentaires pour satisfaire les demandes de membres de son propre parti n’ayant pas eu de positions dans le cabinet qui ont été données aux partenaires de la coalition.

A la suite du vote, le projet sera passé au Comité d’arrangements de la Knesset qui l’assignera à un autre comité où il sera préparé pour une deuxième et troisième lecture.

Le président de Yesh Atid, Yair Lapid, a refusé l’expansion proposée du cabinet avec des remarques qu’il a formulées avant le vote. Lors de son mandat dans le cabinet du précédent gouvernement, Lapid avait aidé à faire passer la loi limitant le nombre de ministres.

« Il y a un an, j’étais assis à la table du gouvernement, devant le Premier ministre et nous avons voté cette loi destinée à réduire le nombre de membres du gouvernement. Et le premier ministre a levé sa main, rappelé Lapid. Ensuite, nous sommes venus dans l’assemblée et nous avons voté une, deux et trois fois [pour l’approuver]. »

Lapid s’est plaint que « le public se dise que les lois sont juste un jeu et que personne ne doit prendre au sérieux une loi qui est votée ».

Le Likud a accusé l’opposition « d’hypocrisie » dans une déclaration publiée peu après le vote et a défendu le coût financier que l’expansion du cabine entraînerait.

« Le cabinet à venir sera plus petit que le sortant – qui comptait 22 ministres. L’agrandissement du cabinet économisera des fonds publics puisqu’il améliorera la stabilité du gouvernement », a déclaré le parti. Les coûts « sont négligeables comparés aux milliards gâchés quand le gouvernement passe par des élections tous les deux ans », continuait la déclaration.

Le Likud a déclaré que Netanyahu commencerait des négociations avec les membres de son parti – pour choisir les ministres – dès que le projet de loi serait passé en deuxième et troisième lecture.

Lundi soir, Edelstein a annoncé que Netanyahu lui avait dit, mercredi, qu’il avait formé une coalition, une formalité dont l’absence a été très remarquée depuis l’expiration du délai à la disposition du Premier ministre (entraînant des spéculations dans les médias en hébreu).

AFP et Times of Israel staff ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...