Le procureur dément toute mauvaise volonté dans les enquêtes sur Netanyahu
Rechercher

Le procureur dément toute mauvaise volonté dans les enquêtes sur Netanyahu

Shai Nitzan défend les enquêteurs des cas qui impliquent le Premier ministre, et affirme qu’Israël n’est pas un “état corrompu”

Le procureur de l'Etat Shai Nitzan pendant la conférence de l'Association du barreau israélien à Tel Aviv, le 29 août 2017. (Crédit : Roy Alima/Flash90)
Le procureur de l'Etat Shai Nitzan pendant la conférence de l'Association du barreau israélien à Tel Aviv, le 29 août 2017. (Crédit : Roy Alima/Flash90)

Shai Nitzan, le procureur de l’Etat, a indiqué jeudi que deux enquêtes de corruption à l’encontre du Premier ministre Benjamin Netanyahu avait pris plus de temps que ne le pensait initialement la police en raison de développements imprévus de ces affaires.

Nitzan n’a fourni aucun détail sur les avancées des enquêtes. Il a dit que, même si la conclusion des enquêtes avait été retardée, la police et le parquet étaient obligés de poursuivre chacune des pistes possibles.

« Nous faisons tous les efforts et j’espère que les enquêtes ne prendront plus beaucoup de temps, a dit Nitzan à la radio publique israélienne. Nous devons sans cesse travailler pour nous assurer que nous avons retourné chaque pierre et collecter toutes les preuves. »

Nitzan a également rejeté vivement toutes les allégations contre les enquêteurs, accusés de traîner les pieds.

« Personne ne traîne [les pieds] sur les enquêtes sur Netanyahu. C’est un non sens de dire cela », a-t-il affirmé.

Arrivée de la police à la résidence du Premier ministre à Jérusalem pour interroger Benjamin Netanyahu, le 6 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Arrivée de la police à la résidence du Premier ministre à Jérusalem pour interroger Benjamin Netanyahu, le 6 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Reconnaissant l’importance publique des affaires, Nitzan a déclaré que, même si les enquêteurs cherchent à tenir la population informée des enquêtes, ils ne peuvent pas divulguer les détails qui pourraient « torpiller » leur progrès.

Il a également répété que Netanyahu n’était pas considéré comme un suspect dans l’affaire de l’achat des sous-marins à un constructeur naval allemand qui a pris au piège plusieurs responsables militaires et politiques, dont des proches de Netanyahu.

Le Premier ministre est suspecté dans deux enquêtes sur des faits de corruption, surnommées l’Affaire 1 000 et l’Affaire 2 000. Il dément toute malversation.

Après les divulgations sur les enquêtes impliquant Netanyahu, ainsi que plusieurs autres sur des faits de corruption, Nitzan a précisé que, même si la corruption existe en Israël, Israël n’est pas un état corrompu.

« Un état corrompu est un état qui ne combat pas la corruption », a-t-il dit.

A lire : Israël devient-il un état mafia ?

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...