Le rabbin de Bruxelles critiqué pour avoir dit que les Juifs n’ont ‘pas de futur’ en Europe
Rechercher

Le rabbin de Bruxelles critiqué pour avoir dit que les Juifs n’ont ‘pas de futur’ en Europe

L’Association Juive Européenne ‘déterminée’ à s’assurer que les 3 millions de Juifs sur le continent puissent "s’identifier librement et fierment en tant que Juifs"

Des soldats belges sur la Grande Place à Bruxelles,le 22 novembre 2015. (Crédit : AFP Photo / John Thys)
Des soldats belges sur la Grande Place à Bruxelles,le 22 novembre 2015. (Crédit : AFP Photo / John Thys)

Le rabbin en chef de Bruxelles a déclaré qu’il n’y a pas de futur pour les Juifs en Europe, entraînant de nombreuses critiques de la part du groupe européen juif.

Le rabbin Abraham Gigi a parlé à une station de radio israélienne lundi du sentiment de peur dans les rues de Belgique et a ajouté, « Les gens comprennent qu’il n’y a pas de futur pour les Juifs en Europe ».

Gigi a également souligné l’importance de l’immigration en Israël, même s’il a ajouté que les Juifs devraient y aller pour l’amour du pays, et non par peur.

Dans une déclaration publiée mardi, le rabbin Menachem Margolin, directeur de l’Association Juive Européenne, a déclaré que son organisation « est déterminée à continuer notre travail pour nous assurer que les 3 millions de Juifs qui vivent sur notre continent peuvent continuer à mener une vie sure et soient capables de s’identifier librement et fièrement en tant que Juifs ».

Margolin a souligné le développement des communautés juives à travers l’Europe, y compris l’ouverture de nouvelles synagogues, des écoles juives et d’autres institutions communautaires.

« Nous appelons tous les rabbins et les chefs de communautés à défendre le droit des Juifs européens à rester dans leurs foyers historiques s’ils le voulaient, à soutenir et à encourager la fierté de leur héritage européen et à se battre pour leur sécurité, que Dieu empêche que nous instillions plus de peur dans des temps encore troublés », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...