Le restaurant casher emblématique d’Amsterdam ferme ses portes après 62 ans
Rechercher

Le restaurant casher emblématique d’Amsterdam ferme ses portes après 62 ans

Les difficultés financières et le manque de contrôleurs de la casheroute ont conduit le restaurant Sal Meijer de la capitale néerlandaise à fermer ses portes sans fanfare

Le restaurant casher Sal Meijer à Amsterdam, Pays-Bas. (Capture d'écran : Google Street View)
Le restaurant casher Sal Meijer à Amsterdam, Pays-Bas. (Capture d'écran : Google Street View)

JTA – L’emblématique Delicatessen (épicerie fine casher) d’Amsterdam, Sal Meijer, a fermé ses portes après 62 ans d’existence en raison de difficultés financières et d’un manque de contrôleurs de casheroute dignes de confiance.

L’établissement a fermé ses portes ce mois-ci sans fanfare, et des clients fidèles comme Ron Eisenmann d’Amsterdam l’ont appris en lisant une affiche sur la porte du restaurant situé au sud d’Amsterdam qui disait « Sal Meijer est désormais fermé », a-t-il écrit sur Twitter.

L’un des rares restaurants casher de la capitale néerlandaise, Sal Meijer était populaire pour ses sandwiches au corned-beef, connus sous le nom de Broodje Meijer, ou sandwich Meijer, et ses gâteaux de poisson.

Le restaurant, qui avait déménagé et changé de propriétaire au fil des ans, était entré dans la culture populaire, notamment avec la série « The Menten Case » en 2016.

Certains clients étrangers de Sal Meijer commençaient leur visite à Amsterdam en prenant un taxi pour se rendre dans ce lieu incontournable.

Martijn et Claudia Koppert, qui ont acheté Sal Meijer en 2015, ont déclaré au quotidien Het Parool qu’il était difficile de trouver une supervision de casheroute satisfaisante. Après une baisse des ventes et l’augmentation des coûts, « deux ans pendant lesquels nous avons fait vivre Sal Meijer avec bonheur, notre chiffre d’affaires est devenu trop faible, ce qui a mis un terme à nos activités », a déclaré Martijn Koppert.

En 2017, Slagerij Marcus, l’abatteur rituel casher qui fournissait sa viande à Sal Meijer, a averti que les restrictions imposées par le gouvernement à l’abattage rituel juif entraînaient une hausse des prix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...