Le Rwanda nie tout accord à propos des migrants
Rechercher

Le Rwanda nie tout accord à propos des migrants

Dans une volte-face, le Premier ministre accuse le pays africain de céder à la pression ; "Il n'y a jamais eu d'accord avec Israël," affirme le chef de la diplomatie rwandais

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, avec le président rwandais Paul Kagame au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, le 24 janvier 2018 (Crédit : GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, avec le président rwandais Paul Kagame au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, le 24 janvier 2018 (Crédit : GPO)

Le Rwanda a nié mardi avoir jamais conclu un accord avec Israël pour accueillir les demandeurs d’asile expulsés, en réponse à l’affirmation du Premier ministre Benjamin Netanyahu selon laquelle il s’était retiré d’un accord sur lequel il avait travaillé pendant deux ans.

Invité à commenter la déclaration de Netanyahu sur Facebook la veille au soir, le ministre d’État rwandais des Affaires étrangères Olivier Nduhungirehe a déclaré à la chaîne publique israélienne Kan : « Il n’y a jamais eu d’accord avec Israël, ni par écrit, ni verbalement ».

Dans un revirement spectaculaire, Netanyahu a annoncé lundi soir qu’il gelait un nouvel accord avec l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, annoncé plus tôt dans la journée, qui verrait des milliers de migrants africains se voir accorder un statut temporaire en Israël et d’autres expulsés vers les pays occidentaux.

L’accord avec l’ONU, qui devait remplacer l’accord sur les expulsions avec le Rwanda, a été abandonné par le Premier ministre quelques heures après son annonce, au milieu des critiques féroces de certaines parties de son aile droite.

« Depuis deux ans, je travaille avec le Rwanda afin qu’il soit un pays tiers pour absorber les infiltrés qui y sont expulsés, même sans leur consentement », a déclaré le Premier ministre, expliquant qu’il avait été contraint de conclure un accord avec l’ONU.

« Le Rwanda a accepté et nous avons commencé à expulser des gens là-bas », a poursuivi M. Netanyahu. « Ces dernières semaines, en raison des énormes pressions exercées sur le Rwanda par le New Israel Fund et les représentants de l’Union européenne, le Rwanda s’est retiré de l’accord et a refusé d’accepter d’autres infiltrés en provenance d’Israël ».

C’était la première fois qu’un responsable du gouvernement israélien désignait le Rwanda comme un « pays tiers », confirmant des rumeurs très répandues.

« Ce poste change la façon dont le Rwanda se doit de répondre », a déclaré Nduhungirehe à Kan le lendemain matin. « Nous répondrons de manière appropriée, et c’est tout ce que je peux dire pour l’instant. »

Le New Israel Fund a nié toute implication dans la décision du Rwanda de se retirer de l’accord d’expulsion. La mission de l’Union européenne en Israël a également répondu à l’accusation dans un message Twitter.

La déclaration de Netanyahu sur Facebook était sa troisième sur la question lundi.

Dans l’après-midi, lors d’une conférence de presse aux côtés du ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, Netanyahu avait fait l’éloge du plan, déclarant qu’il verrait quelque 16 250 migrants africains en Israël réinstallés dans des pays occidentaux « développés », tandis qu’un nombre similaire se verrait accorder un permis de séjour temporaire.

« Cet accord permettra le départ d’Israël de 16 250 migrants vers des pays développés comme le Canada, l’Allemagne ou l’Italie », a-t-il déclaré, sans plus de détails.

Le discours télévisé de Netanyahu faisait suite à l’annonce par le gouvernement qu’il avait abandonné le plan controversé d’expulsion des migrants et l’avait remplacé par le nouveau, négocié discrètement avec l’ONU. M. Netanyahu a déclaré que le plan antérieur visant à expulser les migrants vers des pays tiers africains non désignés, dont il a confirmé par la suite qu’il s’agissait du Rwanda, n’était plus réalisable. Il a affirmé que les « contraintes juridiques ainsi que les difficultés politiques » ont conduit à l’annulation des politiques d’expulsion précédentes.

Dans le cadre de l’accord avec l’ONU, que Netanyahu a qualifié de « meilleur possible », les demandeurs d’asile qui restent en Israël seraient répartis dans des régions du pays à l’extérieur du sud de Tel Aviv, où se trouvent actuellement beaucoup d’entre eux, a-t-il dit.

La politique d’expulsion antérieure, qui offrait à chaque migrant 3 500 dollars et un billet d’avion, avait été condamnée par les militants israéliens et l’ONU comme étant chaotique, mal exécutée et dangereuse. Les demandeurs d’asile précédemment expulsés vers l’Ouganda et le Rwanda ont déclaré au Times of Israel qu’ils étaient confrontés à un grave danger et même à l’emprisonnement après leur arrivée en Afrique sans documents en bonne et due forme.

La Cour suprême a ordonné le gel des expulsions à la mi-mars en réponse à une pétition.

Après que le nouvel accord avec l’ONU a été annoncé lundi, il a été critiqué par plusieurs membres du Likud de Netanyahu, tandis que Naftali Bennett, chef de HaBayit HaYehudi, a averti que cela « ferait d’Israël un paradis pour les infiltrés ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...