Rechercher

Le Shin Bet démantèle une cellule terroriste islamique

Les trois individus avaient commencé à planifier leurs attaques en 2015, en réaction à la décision d’Israël de rendre illégale la branche nord du Mouvement islamique

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des milliers de partisans du Mouvement Islamique en Israël, et le leader de sa branche du nord,  Sheikh Raed Salah, manifestent contre la décision de l'interdiction de la branche du nord, le 28 novembre 2015 à  Umm al-Fahm,dans le nord d'Israël (Crédit :  Muammar Awad/Flash90)
Des milliers de partisans du Mouvement Islamique en Israël, et le leader de sa branche du nord, Sheikh Raed Salah, manifestent contre la décision de l'interdiction de la branche du nord, le 28 novembre 2015 à Umm al-Fahm,dans le nord d'Israël (Crédit : Muammar Awad/Flash90)

Les services de sécurité du Shin Bet ont indiqué avoir démantelé une cellule composée d’hommes arabes israéliens affiliés au Mouvement islamique, qui prévoyaient d’organiser des fusillades contre les soldats israéliens.

Selon le Shin Bet, les trois individus avaient commencé à planifier ces attaques en novembre 2015, en réaction à la décision d’Israël de rendre illégale la branche nord du Mouvement islamique.

Ils ont mis au point leur plan durant l’année 2016, ont acheté une mitraillette artisanale de type Carlo et des transmetteurs électroniques pour pouvoir activer les explosifs à distance, a affirmé le Shin Bet.

Deux d’entre eux, Muhammad Masri de Beer Sheva et Abduallah Abu Ayyash, de Kuseife, ont été arrêtés en décembre 2016. Le troisième membre de la cellule, Mahmoud Luisi, de Qalansawe, n’a été arrêté qu’en mars 2017, parce qu’il s’était rendu en Turquie.

Selon le Shin Bet, Luisi a rencontré des membres du Hamas en Turquie pour obtenir des fonds pour l’organisation terroriste et pour s’entraîner. Il a été cueilli par le Shin Bet à son retour en Israël, selon le service de sécurité.

L’interrogatoire des trois membres de la cellule a conduit à l’arrestation de Fares al-Omari, un haut-responsable du Mouvement islamique, ainsi qu’à celle de deux individus non-identifiés originaires de Galilée, suspectés d’avoir vendu des armes illégalement.

Des actes d’accusations ont été déposés, a précisé le Shin Bet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...